BD / Manga

A nous deux, Paris !

Attention, attention ! Gros coup de coeur BD ! Je répète : gros coup de coeur BD !

Je l’avais repéré à sa sortie, il y a quelques mois déjà, mais je ne l’avais pas encore eu sous la main, donc je n’avais pas encore craqué ! C’est chose faite, depuis avant-hier.

J’étais partie pour acheter Blue (de Naoki Yamamoto), et à défaut de le trouver je suis tombée par hasard sur A nous deux, Paris ! chez BD Net, une super librairie de BD dans le 11ème où les vendeurs sont très sympas, et où, du coup, on a envie de dépenser des sous.

J’ai ouvert vite fait la bête, histoire de me conforter dans mon envie, et hop, dans mon panier !

De quoi ça parle ? Pourquoi c’est bien ?

Il s’agit d’une BD autobiographique – j’adore ça – qui raconte une année pendant laquelle l’auteur, japonais, a vécu à Paris.
JP Nishi débarque en France avec le profond désir de devenir assistant d’un auteur de BD française. Mais en France ça n’existe pas, et il se retrouve donc vendeur dans une épicerie japonaise bien connue (Kioko il me semble, selon ses descriptions et dessins). Il se prend un petit appart, puis commence sa vie parisienne, et -entre autres- sa quête d’une petite amie.

La BD est ainsi une série de petites scénettes sur la vie parisienne à travers les yeux d’un japonais, les contrastes de culture et de mentalité. Des choses qui nous paraissent anodines et auxquelles on ne fait même pas attention, comme se faire la bise, coucher la première fois, partir à l’heure du boulot, etc., deviennent des montagnes d’incompréhension et d’apprentissage pour l’auteur. C’est hyper drôle, j’ai parfois tellement ri que j’en ai attrapé mal aux abdos !

En plus quand on vit à Pars, on reconnait pleins de lieux, et c’est super intéressant de les découvrir sous un autre oeil. La rue Sainte-Anne, le passage choiseul, la gare St-Lazare et l’aveugle qui fait la manche avec son chien et Georges Brassens à tue-tête, les quartiers, les bouches de métro, tout ça.

J’ai vraiment adoré. C’est raconté sans méchanceté, sans moquerie, avec beaucoup d’amour pour Paris et sa faune. Ça change par rapport à ce que je racontais dans mon article précédent ! ^ ^

Les 3 premières pages donnent vraiment envie de lire le reste :

Je n’ai pas l’impression d’avoir dit tout ce qu’il y avait à dire, ni de l’avoir très bien vendu, mais c’est super, lisez-le !

Publicités
Lifestyle

The Artist in the Office

En tombant un peu au pif sur un blog dont le titre m’avait attirée, et de fil en aiguille, je suis tombée sur ce livre (en anglais) : The Artist in the Office : How to Creatively Survive and Thrive Seven Days a Week

Ou « L’artiste au sein de l’entreprise : comment survivre et faire s’épanouir votre créativité 7 jours/7″. Tout un programme !

Je me suis tout de suite dit que c’est un livre pour moi ! D’abord parce que je suis ce genre d' »artiste » qui dit ne jamais avoir le temps de bosser sur ses projets créatifs personnels – alors que je sais maintenant pertinemment que c’est juste de la procrastination – et ensuite parceque je l’avoue, j’adore ce genre de bouquin à l’américaine qui te dit comment avoir une super wonderful-life et t’épanouir à donf pour être quelqu’un d’heureux, de formidablement épanoui et sûr de toi. Oui madame ! Et en plus de ça, j’adore prendre des notes de phrases-clés que je pense relire régulièrement pour ne pas re-sombrer – alors que je sais pertinemment que je ne le ferais pas, mais j’y crois, et c’est bien ça l’essentiel : y croire !

Pourquoi est-ce que quand j’étais jeune j’y croyais ? Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui j’ai, au contraire, l’impression que je n’y arriverais jamais, qu’une seule vie ne me suffira pas ?

Je ne pense franchement pas que ce livre me livrera toutes les réponses, mais si il pouvait juste me donner un petit coup de pied au derrière, ce serait déjà pas mal ! D’autant que là j’ai tout mon temps, vu que je suis au chômage, mais que si ça se trouve je vais retrouver un job plus vite que prévu ! Et je ne voudrais surtout pas retourner dans cette spirale infernale de : « je suis trop fatiguée, j’ai juste l’énergie nécessaire pour faire quelques tâches ménagères » ! Le pire de tout : faire passer les tâches ménagères comme un alibi pour ne rien faire de créatif … La vraie loose. Non, ça c’est plus possible, j’aime dessiner, je ne peux plus passer TOUTES mes journées sans m’adonner à ma passion, je le regretterais un jour, c’est sûr.

La phrase-clé qui m’a plu ? “How we spend our days is how we spend our lives.” – Anne Dillard  (ou « Ce que nous faisons de nos journées est ce que nous faisons de nos vies » pour les non anglophones).

Rhaaaa mon dieu, mais moi je ne fous rien de mes journées, ou presque !!! Ça, ça me fait flipper, la vie est tellement courte !! (ah oui ok, c’est fait exprès, bien joué !)

Et puis aussi : “As an artist, you are always at work.” (« Tu es un artiste, tu es donc toujours en train de travailler »)

Mais ça, ça m’a plutôt rassuré   même dans les pires moments (fatigue + déprime + égo à zéro), je ne suis jamais sortie de cet amour du visuel, de l’art et de la couleur. Je prends des photos, je prends des notes, je note des idées, m des magazines (oh oh), des images, bref, je suis toujours en activité, mais plutôt en veille en fait, puisque je ne fais quasiment rien de tout ça…

Dans ce livre il y a aussi des petits exercices à faire :

• Take lunchtime adventures to rouse your spirit: a bookstore, a flower shop, or a park (ça je le fait régulièrement quand je travaille, et là je veux pas m’avancer mais je vais peut-être bientôt travailler tout près de ma librairie préférée !!)
• Pick one ordinary object each day and take pictures every time you see it: coffee mugs, shoes, office plants (ça c’est une super idée je trouve)
• Get up an hour early or stay up an hour later and devote the time to your creative work. Schedule it in like any other mandatory appointment or meeting (si seulement ça pouvait être aussi facile à faire qu’à dire)
• Collect doodles from Post-Its or notebooks and reassemble them in a sketchbook (ça aussi je le faisais dans mon ancien job, me reste plus qu’à les rassembler dans un sketchbook!)

Ça a l’air vraiment motivant, mais je vous en dirais plus dès que je l’aurais commandé et lu ! (et je pense l’offrir aussi à quelqu’un que je connais bien) ^ ^