Ailleurs, Gourmandises

Le goût du Japon (et de la Corée) à Paris #2

boissonsAujourd’hui je vais vous parler boisson.

Lorsque je suis allée au Japon, il y a (déjà) 4 ans, c’était l’été, il faisait chaud, et on avait tout le temps soif. La boisson qui m’a suivi tout au long de mon séjour est le thé au lait, celui de la marque Kirin pour être précise. J’en buvais tout le temps, sans jamais m’en lasser. 

 Je sais que ça peut en effrayer certains, voire même CERTAINES (;D), mais j’ADORE le thé au lait ! Et au Japon, ce qui est super, ce sont les distributeurs de boissons à tous les coins de rue, tous achalandés en thé au lait !

Eh bien hier, dans cette petite épicerie ACE OPERA, j’ai retrouvé le même !

Ce matin pour mon petit dèj, j’en ai bu, au goulot comme à l’époque, j’ai fermé les yeux, et j’y étais ! Transportée en 1 seconde, magique !

La boisson préférée de mon chéri était le café au lait, ou « latte » en anglo-japonais, donc je lui en ai pris aussi ! Il a fermé les yeux, il y était,  magique à nouveau !

Je vous parlais aussi, dans mon article précédent, de jolie vaisselle. Voici ce qui m’a fait craquer :

2 ravissants petits bols décorés avec des « lucky cats » et des chouettes :
P1110164
P1110180
bol
P1110182
P1110181

Le dessous du petit bol hibou est trop charmant, avec cette magnifique caligraphie japonaise !

J’ai aussi acheté de l’alcool de prune coréen, uniquement pour la magnifique bouteille, je l’avoue ! Ça on ne peut pas dire, les japonais et les coréens sont très forts en packaging !
Il était indiqué « alcool d’abricot » sur l’étiquette du rayon, mais dans la liste d’ingrédients de l’étiquette de la bouteille il s’agit de prune. Ça + les onigiris d’hier, je crois qu’il ne faut vraiment pas se fier à ce qui est écrit sur les étiquettes de ce magasin !
boisson_coreeJ’en avais déjà goûté dans un restaurant coréen vers République, et j’avais adoré. C’est très doux et sucré. J’espère que c’est la même chose !

je vous dirai ça dans quelques temps.

Tchuss !

Publicités
BD / Manga, Gourmandises, Japon et trucs mignons, Tricot & co

Shopping chez Junku

Comme j’ai la chance incroyable de travailler, pendant quelques temps, à deux pas du quartier japonais, il m’était impossible de ne pas aller y faire un petit tour (chaque midi ou presque) !

c’est donc mardi midi, après un bento salade-poulet et un melon-pan orange-choco des plus délicieux – dégustés sur place, à la boulangerie Aki – que je me suis dirigée vers le métro Pyramides, pour aller dépenser quelques deniers dans ma librairie préférée, Junku.

shopping_junku_0321013

De gauche à droite, il y a :

pochevert– « Petites mascottes en laine feutrée« , de Midori Hattori, un coffret/livre contenant tout ce qu’il faut pour fabriquer les quatres jolies petites peluches qu’on voit sur la couverture. Explications en images, pas à pas, laine feutrée, aiguille, et petits accessoires, tout y est !
Le site officiel est, lui aussi, bien joli.

– « Harajuku Press« , un magazine/guide touristique bilingue japonais-anglais, spécial quartier d’Harajuku, avec des bonnes adresse et des photos de gens lookés croisés là-bas.

– « Mes petits plats faciles« , de Etsuko Mizusawa et Masayuki Kusumi (le scénariste du manga Le Gourmet solitaire), contant l’histoire d’une trentenaire japonaise un peu feignante (d’après les normes de la société japonaise), qui n’a pas d' »obligations » puisque son mari est souvent absent pour son travail, mais qui est très gourmande et qui trouve quand même le courage de se faire un peu à manger, avec ce qu’elle trouve dans ses placards. Sympathique, je m’y reconnais beaucoup, j’avoue ! ^ ^
Les recettes sont véridiques, plus ou moins « bizarres », et très faciles à essayer, même ici, en France.

– « Les gouttes de Dieu« , volume 36 en VO. Je ne lis pas ce manga, mais la couverture m’a beaucoup plu !

– « Tsui no sumika« , de Mio Murao, un manga pour adultes (dans tous les sens du terme !), qui raconte l’histoire d’un salary man de quarante-deux ans dont la femme demande le divorce et qui se retrouve seul, triste et désemparé. Sauf qu’il sera rapidement courtisé par une jeune collègue à forte poitrine fraîchement divorcée, et néanmoins plutôt peu farouche…
L’auteur(e ?), Mio Murao est visiblement spécialisé dans ce genre d’histoires mettant en scènes des femmes à poitrine généreuse. Ce type de seinen « romance pour adultes hommes ou femmes » n’est pas importé en France, ou très peu.

Encore une fois, j’ai fait très attention à mon budget, mais je m’en suis quand même sortie avec un ticket de caisse de 80 euros …

Gourmandises, Japon et trucs mignons

La journée parfaite

Ze perfect day ! ou ce qui y ressemble ! :)

Je vous raconte : Je devais aller rendre un bouquin dans un magasin à St-Lazare et acheter une cartouche d’encre à la Fnac. je me suis dit, tant qu’à faire ces trucs chiants, autant améliorer un peu la balade, et faire mon pèlerinage mensuel à Ste-Anne (le quartier japonais à Paris, pas l’hôpital psychiatrique).

J’ai donc quitté mon 11ème tout gris, et pris le métro direction St-Lazare. Après avoir rendu mon livre je me suis dirigée comme prévu à la Fnac. Sauf que là, en plus de ma cartouche d’encre, j’ai aussi pris 2 livres de cuisine qui m’ont paru bien sympathiques :

Macarons, délices et gourmandises de Sylvie Aït-Ali (souvenez-vous, les 30 Recettes du ramadan) . J’ai de plus en plus envie de m’essayer aux macarons, et il y a beaucoup de choix de recettes, notamment à la barbe à papa, à la mirabelle, spéculos, Grand Marnier, à l’amaretti , choco-banane, choco-pistache, choco-menthe, citron-framboise, beurre de cacahuètes, azuki, champagne (!), confiture, mangue-safran, et j’en passe. Malheureusement toujours pas de recette de mon préféré, celui à l’eau de fleur d’oranger, qu’on trouve uniquement chez Ladurée, et qui n’est pas non plus dans le livre de recettes de Ladurée …
Par contre il y a un CD pour réaliser les recettes étape par étape, bien pratique !

Le 2ème, Desserts de Cyril Lignac, parce qu’il y a sur la couverture une photo de madeleines aux framboises et une autre de cheesecake à la framboise, et que la framboise et moi, c’est une graaaande histoire ! Dans celui-ci des grands classiques comme  les churros, cupacakes au chocolat, crumble mangue-ananas, flans coco et framboises (gloups!), soupe de framboise à la verveine, velouté de fraises au miel et citron vert, etc., etc…
La framboise  est à l’honneur, et les recettes ont l’air faciles, tout pour me plaire !

Et puis un peu plus loin j’ai aperçu le DVD de Space Battleship qui me faisait de l’oeil depuis un certain temps, ainsi que le tome 2 du manga Le voyage de Ryu de Shotaro Ishinomori, un grand classiques du manga de sciences-fiction. Hop, dans mon panier ! Une geekette au taquet ne se refait pas !! ^ ^

Mon sac à dos était déjà bien lourd, mais j’ai quand même décidé de prendre le bus pour aller à Pyramides. Contrairement à mon quartier de départ, le soleil resplendissait, et l’été était bien au rendez-vous. Là je suis d’abord passer faire un tour chez Junkudo, ma librairie japonaise préférée. C’est un peu plus cher que chez Book-off, mais il y a plus de choix de magazines de mode et de prépublication de mangas (vous savez, ces gros pavés imprimés sur du papier recyclés et vendu 3 fois rien au Japon, dans lesquels les séries sont diffusées au chapitre), et de fourniture de dessin. On trouve par exemple Margaret, Cookie et Chorus, qu’il faut, si je ne me trompe, commander en abonnement pour les avoir chez Book-off. Ben chez Junkudo, pas besoin de s’abonner !

Aujourd’hui j’ai découvert Chorus qui diffuse visiblement des josei, shojo pour adultes. J’ai besoin de ce genre d’exemples pour trouver mon style pour mon projet de BD.
D’ailleurs j’ai assisté à une scène assez marrante : un ado et sa mère qui discutaient de savoir quels magazines et livres l’ado allait prendre pour l’aider à faire ses mangas ! Forcément, comme ça coûte super cher (comptez entre 11 et 15€ pour un magazine de prépublication qui couterait 2,50 au Japon, ou encore entre 15€ pour un livre genre « Le dessin de mangas » aux éditions Eyrolles), il faut faire un choix. Après de longues minutes de délibération, j’ai entendu la mère dire « Bon, écoute, je te prends les 3, mais je t’achèterais plus rien ! ». Youpi !! j’étais trop contente pour lui ! Ça m’a mise en joie, et ça m’a replongée dans le monde merveilleux de l’insouscience. Ça m’a aussi rappelé cette fois où, alors que je faisais un peu de shopping au Printemps Italie avec ma mère, vers 12-13 ans, j’hésitais entre deux paires de chaussures, et ma mère, sans rien que je lui demande, m’avait pris les deux ! Un grand bonheur. Malheureusement ce gamin finira sûrement ultra-dépensier, maintenant qu’il sait qu’au fond rien ne l’oblige à faire un choix …

Voici une photo de mon butin :

(à gauche à côté de la sauce bulldog, les deux emballages vides des onigiris ^ ^)

Bref, chez junkudo je suis repartie avec deux magazines de prépublication, Afternoon et Chorus et un magazine d’illustration et de character design, S. Et c’est tout, parceque pour une fois j’ai été assez raisonnable !

Ensuite je me suis dit que vu que je rentrerais vers l’heure du goûter mon amoureux serait content d’avoir un petit bubble-tea à l’amande, son préféré ! Mais avant ça, je me suis aussi dit qu’on se régalerait bien avec les délicieux sashimis de K-Mart, l’épicerie japo-coréenne du haut de la rue Saint-Anne. Pour un budget entre 15 et 23€, vous choisissez vos morceaux de saumon tout frais qui viennent de Rungis chaque jour, puis le maître-découpeur de sushis, sur demande, vous les découpe et vous les prépare à emporter. Là j’ai eu faim, et j’ai pris les deux plus gros bouts, et j’en ai eu pour 23€. Mais comparé à un resto japonais ou un japonais qui livre à domicile, il y a le triple de quantité. Là par exemple j’ai eu 36 grosses tranches de sashimis ! Donc faites le compte, au final ce n’est pas si cher. Et quelle régalade, je ne vous raconte pas ! Il faut bien sûr avoir – ou acheter le cas échéant – de la sauce soja, du wasabi et du gingembre (vendu frais mariné dans le même magasin), car ce n’est pas compris dans le lot. C’est un supermarché, donc on achète le produit, coupé si on le souhaite, mais pas le repas tout prêt. Il y a cependant un côté self, avec des bentos à emporter, ou encore des onigiris. Là j’ai aussi pris des onigiris thon-mayo, les meilleurs selon moi, pour notre goûter. 2€ l’onigiri pour ceux que ça intéresserait. Et ils sont vraiment bons ! Le goût du Japon ;)
J’ai aussi vu qu’ils vendaient des takoyakis surgelés, parfaits pour une envie subite et incontrôlable à domicile ! :D et j’ai donc aussi pris la sauce Bull-Dog qui va bien pour les accompagner (avec de la mayo aussi il me semble, comme pour les oko,omiyakis)! Si vous avez la possibilité, mieux vaut l’acheter chez Paris Store à la porte d’Ivry, c’est moins cher. Par contre je n’ai pas pris la bonite séchée qu’on met au-dessus, j’espère que ce sera aussi bon …

Ensuite je suis allée chez Zenzoo chercher mes bubble-teas. Ce petit salon de thé-resto taiwanais se trouve dans une rue parallèle à la rue St-Anne, sur la droite en descendant vers 4 septembre. Il y avait pas mal de monde, j’étais assez étonnée vu l’emplacement du truc, dans une petite rue où il n’y a pas grand chose. Mais l’attente n’a pas été trop longue car tous les gens présents avaient déjà commandé. J’ai donc pris un bubble-tea à l’amande pour mon chéri, et un noix de coco pour moi. J’ai demandé un peu moins de bulles, car si leurs bubble-teas sont les meilleurs de Paris selon moi, ils mettent toutefois un peu trop de bubbles (la moitié du verre) et ça gâche un peu le plaisir. Donc en en demandant un peu moins c’est vraiment parfait ! J’aime bien cet endroit, on y voit toujours des petites modasses super lookées ! et parfois des célébrités passer pas loin…

C’est finalement les bras bien chargés que je suis rentrée ! Là j’ai nourri mon chéri, qui était aux anges avec ses onigiris, puis on a bu notre bubble-tea en écoutant l’album Penny Sparkle de Blonde Redhead.

Le paradis quoi.