Gourmandises

De la vraie bouffe chinoise à Paris !

nanchangOn a de la chance, ici, à Paris, parce que les espèces de « traiteurs chinois » qu’on trouvait jadis à tous les coins de rues, et qui nous servaient leurs infâmes raviolis cuits 15 fois au micro-onde et leurs plats dégueu gélatineux, sont en train de disparaître petit à petit, pour laisser place à de « vrais » restaurants. En effet, à la manière des cantines japonaises traditionnelles de la rue Sainte-Anne, on voit éclore de plus en plus de petits restos traditionnels chinois, et ça, c’est vraiment génial, parceque la bouffe chinoise, la vraie, est vraiment délicieuse !

Je m’en viens donc aujourd’hui vous en conseiller deux particulièrement sympas (et bons), qui sont mes nouveaux QG « bouffe chinoise typique » !

Commençons par le Restaurant Shanxi.

shanxi_carteQuand le hasard fait bien les choses :
Nous étions à la recherche d’un restaurant italien conseillé par Tokyo Banhbao sur son blog, et nous ne le trouvions pas. Après avoir parcouru la moitié de Paris, et enfin avoir trouvé la bonne rue, point de resto italien. Fatigués, lourds, chauds, nous n’en pouvions plus. N’importe quel restaurant aurait presque pu faire l’affaire, du moment que l’on pouvait s’asseoir, boire et manger ! (on est bien sûr passés devant l’italien sans le voir, mais ça on l’a su APRÈS)

C’est là que nos yeux se sont posés sur la façade du restaurant Shanxi, « cuisine de la région du Shanxi, près de Pékin. Intéressant. Allons voir de plus près. La carte en vitrine est alléchante : pas mal de nouilles sautées, et de plats qui semblent « normaux » pour un restaurant chinois et qui ont l’air « vrais ». On entre donc, dans le simple but de manger chinois, pas trop mauvais si possible.

Quelle bonne surprise ! Le personnel est charmant et plutôt accueillant. La salle se remplit petit à petit …de Chinois… et uniquement de Chinois ! ou de couples mixtes franco-chinois. Avant même d’avoir goûté quoique ce soit, l’à-priori est plutôt favorable.

Classique, nous commandons deux plats de nouilles sautées. D’une part, des nouilles sautées aux légumes et omelette, d’autre part, des nouilles sautées au porc aux deux sauces (dont une à la tomate), très mystérieuses ! (serait-ce un mixte de sauce chinoise et de sauce tomate française, pour ravir les palais français ??)

Les nouilles arrivent et … surprise ! Ce sont des nouilles faites maison ! Comme chez Happy Nouilles, qui commence à être bien connu ici. Mais là, oui, j’ose le dire, elles sont encore meilleures ! Moins régulières dans leurs forme, mais plus consistantes et plus savoureuses ! L’assaisonnement est parfait, aillé comme il faut, un régal !

shanxi_02

La « double-sauce » est très originale et bonne, c’est une sauce chinoise « classique » + une sauce à la tomate fraîche (que je soupçonne assaisonnée d’un sirop de fruit rouge) qui se mélangent dans un gloubiboulga de pâtes + carottes et concombres très finement émincés + viande de porc hâchée. Le plat arrive « brut », juste les pâtes natures dans l’assiette, puis la serveuse mets les carottes, concombre et viande au-dessus, verse les deux sauces de chaque côté, puis nous dit de tout remuer. Au final, c’est hyper bon ! Et pourtant je n’aime pas trop le concombre !

shanxi01

De mon côté, je me régale avec mes pâtes sautées aux légumes et omelette que l’on voit sur la première photo ci-dessus. Les tomates qui sont dedans ont le même goût sucré (sirop de fruits rouge ? grenadine ? simple tomates goûtues ?) que dans l’autre plat. Et tandis que je me dis que je ne vais jamais venir à bout de cette énorme assiette – parce qu’il fait cinquante degrés et que je n’ai pas très faim – j’en arrive à la dernière bouchée !
« C’est bon, c’est fin, ça se mange sans faim » semble être la conclusion de ce repas  ! :)

Changement d’univers, changement de région, nous voici chez Nanchang, un petit restaurant incroyable que les graphistes de mon genre (=fan de trucs jolis-pop-colorés-portnawak) ne peuvent qu’adorer. Attention, ce n’est ouvert que le soir à partir de 18h ! Attention bis, ne venez pas entre 19h30 et 20h30 si vous voulez manger sur place parceque c’est toujours plein ! L’idéal est de venir vers 19h ou après 20h30.

nanchang02

L’ambiance est vraiment singulière. D’abord la déco, avec toutes ces petites cartes de mangas et de tout et n’importe quoi, qui décorent les murs ! Puis ces petits tableaux « mignons-bizarres » qui s’y ajoutent.

nanchang05

Ensuite, sur la table, au lieu d’une simple carafe d’eau avec des verres « normaux, voici la gourde militaire et ses petits gobelets communistes assortis !

nanchang07

La « carte » est une feuille de papier sur laquelle vous cochez ce que vous voulez, en mettant le nombre désiré. Tout est écrit en chinois, traduit en français en dessous. Et concernant la nourriture, nous sommes ici dans le temple de la brochette ! Brochette en moyenne à 0,60 cts l’unité ! Oui, oui !
C’est la spécialité de la maison, et visiblement de la région du Jiangxi (sud de la Chine), d’où est originaire le propriétaire des lieux et dont Nanchang est la capitale.

Il y a aussi des plats servis en petites cocottes ultra-archi épicés qui arrachent du feu de dieu ! Enfin, pas tous ! Une chose est sûre, lorsque la serveuse vous demande comment vous voulez le dosage d’épices, à moins d’être originaire de Chine ou de Thailande, répondez « moyen », parceque c’est déjà super spicy, et « normal » c’est genre bouche en feu assurée pendant 1h après !

Concernant les brochettes, il y en a deux sortes : celles qui sont braisées, et celles qui sont servis dans un jus incroyablement gras et délicieux (faites-moi penser à ramener ma baguette de pain pour saucer la prochaine fois !!). Mes préférées sont les brochettes de saucisses chinoise (sucrées, miam !!), celles aux champignons et surtout celles au chou ! Oui, au chou ! on ne dirait pas comme ça, mais boudiou qu’est-ce qu’elles sont bonnes ! Je ne sais plus quelle sorte de chou, car il y en a deux ou trois (chou blanc, chou chinois, etc.). Les brochettes d’aubergines sont aussi hyper bonnes.

nanchang04

nanchang03

La dernière fois j’ai aussi tenté les nouilles froides, très bonnes, mais bien trop épicées pour moi ! Bouche en feu au bout de deux bouchées, et pourtant je ne suis pas chochotte en la matière. Je les ai donc échangées avec mon chéri qui avait pris un truc très bon, dont j’ai complètement oublié de quoi il s’agissait et aussi de prendre en photo ! Beaucoup moins épicé que les nouilles si on pense à retirer les quelques piments rouges thai qui sont dedans.

Voici ce qu’il restait des nouilles froides lorsque j’ai pensé à dégainer l’appareil photo :

nanchang08

Si l’on est aventureux, on peut aussi tenter les brochettes de pénis de boeuf ou les pieds de cochon en soupe… Pour ma part je me suis abstenue. Il semblerait pourtant que la soupe à la panse de brebis (ou de cochon, je ne sais plus) soit très bonne.

Le resto est rempli de chinois, plutôt jeunes, plutôt beaux, plutôt hypes, qu’on pourrait croire être les acteurs du dernier drama à la mode, et qui se remplissent le bide de montagnes de brochettes !!

Bref, un endroit vraiment singulier, dans lequel on se sent « ailleurs », en Chine, en voyage, sur une autre planète…

Vous voulez  tenter l’expérience, chez Nanchang ou chez Shanxi ?
Voici les adresses :

Restaurant Shanxi
17, rue Lamartine
75009 Paris

Métro Cadet, Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges ou Grands Boulevard (en marchant un peu)

Restaurant Chez Nanchang
143 rue de charonne
75011 Paris

Métro Charonne ou Philippe Auguste

Ailleurs, Gourmandises

Le goût du Japon (et de la Corée) à Paris #2

boissonsAujourd’hui je vais vous parler boisson.

Lorsque je suis allée au Japon, il y a (déjà) 4 ans, c’était l’été, il faisait chaud, et on avait tout le temps soif. La boisson qui m’a suivi tout au long de mon séjour est le thé au lait, celui de la marque Kirin pour être précise. J’en buvais tout le temps, sans jamais m’en lasser. 

 Je sais que ça peut en effrayer certains, voire même CERTAINES (;D), mais j’ADORE le thé au lait ! Et au Japon, ce qui est super, ce sont les distributeurs de boissons à tous les coins de rue, tous achalandés en thé au lait !

Eh bien hier, dans cette petite épicerie ACE OPERA, j’ai retrouvé le même !

Ce matin pour mon petit dèj, j’en ai bu, au goulot comme à l’époque, j’ai fermé les yeux, et j’y étais ! Transportée en 1 seconde, magique !

La boisson préférée de mon chéri était le café au lait, ou « latte » en anglo-japonais, donc je lui en ai pris aussi ! Il a fermé les yeux, il y était,  magique à nouveau !

Je vous parlais aussi, dans mon article précédent, de jolie vaisselle. Voici ce qui m’a fait craquer :

2 ravissants petits bols décorés avec des « lucky cats » et des chouettes :
P1110164
P1110180
bol
P1110182
P1110181

Le dessous du petit bol hibou est trop charmant, avec cette magnifique caligraphie japonaise !

J’ai aussi acheté de l’alcool de prune coréen, uniquement pour la magnifique bouteille, je l’avoue ! Ça on ne peut pas dire, les japonais et les coréens sont très forts en packaging !
Il était indiqué « alcool d’abricot » sur l’étiquette du rayon, mais dans la liste d’ingrédients de l’étiquette de la bouteille il s’agit de prune. Ça + les onigiris d’hier, je crois qu’il ne faut vraiment pas se fier à ce qui est écrit sur les étiquettes de ce magasin !
boisson_coreeJ’en avais déjà goûté dans un restaurant coréen vers République, et j’avais adoré. C’est très doux et sucré. J’espère que c’est la même chose !

je vous dirai ça dans quelques temps.

Tchuss !

BD / Manga, Gourmandises, Japon et trucs mignons, Tricot & co

Shopping chez Junku

Comme j’ai la chance incroyable de travailler, pendant quelques temps, à deux pas du quartier japonais, il m’était impossible de ne pas aller y faire un petit tour (chaque midi ou presque) !

c’est donc mardi midi, après un bento salade-poulet et un melon-pan orange-choco des plus délicieux – dégustés sur place, à la boulangerie Aki – que je me suis dirigée vers le métro Pyramides, pour aller dépenser quelques deniers dans ma librairie préférée, Junku.

shopping_junku_0321013

De gauche à droite, il y a :

pochevert– « Petites mascottes en laine feutrée« , de Midori Hattori, un coffret/livre contenant tout ce qu’il faut pour fabriquer les quatres jolies petites peluches qu’on voit sur la couverture. Explications en images, pas à pas, laine feutrée, aiguille, et petits accessoires, tout y est !
Le site officiel est, lui aussi, bien joli.

– « Harajuku Press« , un magazine/guide touristique bilingue japonais-anglais, spécial quartier d’Harajuku, avec des bonnes adresse et des photos de gens lookés croisés là-bas.

– « Mes petits plats faciles« , de Etsuko Mizusawa et Masayuki Kusumi (le scénariste du manga Le Gourmet solitaire), contant l’histoire d’une trentenaire japonaise un peu feignante (d’après les normes de la société japonaise), qui n’a pas d' »obligations » puisque son mari est souvent absent pour son travail, mais qui est très gourmande et qui trouve quand même le courage de se faire un peu à manger, avec ce qu’elle trouve dans ses placards. Sympathique, je m’y reconnais beaucoup, j’avoue ! ^ ^
Les recettes sont véridiques, plus ou moins « bizarres », et très faciles à essayer, même ici, en France.

– « Les gouttes de Dieu« , volume 36 en VO. Je ne lis pas ce manga, mais la couverture m’a beaucoup plu !

– « Tsui no sumika« , de Mio Murao, un manga pour adultes (dans tous les sens du terme !), qui raconte l’histoire d’un salary man de quarante-deux ans dont la femme demande le divorce et qui se retrouve seul, triste et désemparé. Sauf qu’il sera rapidement courtisé par une jeune collègue à forte poitrine fraîchement divorcée, et néanmoins plutôt peu farouche…
L’auteur(e ?), Mio Murao est visiblement spécialisé dans ce genre d’histoires mettant en scènes des femmes à poitrine généreuse. Ce type de seinen « romance pour adultes hommes ou femmes » n’est pas importé en France, ou très peu.

Encore une fois, j’ai fait très attention à mon budget, mais je m’en suis quand même sortie avec un ticket de caisse de 80 euros …

Gourmandises

Un goûter chez Mariages Frères

Lorsque nos potes « venus de loin », du Japon ou de Suède,  nous rendent visite, nous avons une tradition qui est de les emmener prendre un goûter chez Mariages Frères. Une institution pour les amateurs de thé, dans le quartier du Marais à Paris. Il s’agit d’une très belle boutique et salon de thé qui vend du thé, mais fait aussi d’excellentes pâtisseries ! Et puis l’odeur lorsque l’on rentre est proche de l’odeur du paradis.

Les prix sont un peu élevés mais abordables. Enfin pour les thés, ça dépend d’où ils viennent, car il y en a à 40€, venus des plaines désertiques de l’Himalaya, ou quelque chose de ce genre. On vous sert un petite théière, pas seulement une petite tasse, heureusement.

Pour les pâtisseries, si mes souvenirs sont bons, ça tourne autour des 9-12€.

Cette fois-ci nous avons pris :

Un cheesecake aux framboises super bon, un des meilleurs que j’ai pu manger à Paris, si ce n’est le meilleur :

Cheesecake

Une tarte aux poires et noix que je n’ai pas goûtée mais qui était super bonne d’après ce qu’on m’en a dit :

mariages_tarte_poire_noix

Un latté de Noël au thé rouge. J’adore le thé au lait, mais je me doutais que le thé rouge n’était pas l’idéal pour ça, j’ai quand même voulu essayer. C’était carrément super décevant, car en plus du fait que le thé rouge n’allait en effet pas bien du tout avec le goût du lait, ce n’était pas assez sucré à mon goût et servi tiède presque froid, alors que je l’avais demandé chaud. Cependant très beau visuellement, avec des petits bouts de feuille d’or :

mariages_latte

Une tarte aux fruits rouges, bonne mais pas exceptionnelle :

Ajouter un médiaTarte aux fruits rouges

Et une espèce de crème brûlée aux fruits rouges incroyable dont j’ai oublié le nom, et oublié aussi de prendre une photo tellement je me suis jetée dessus rapidement. Je vais devoir y retourner sans attendre la visite d' »amis venus de loin » pour combler ce vide impardonnable ! ^_^

Mes photos ne sont pas très belles, je m’en excuse, car je n’avais pas pris mon appareil photo habituel, mais mon petit Canon Ixus 115HS, beaucoup plus léger, dont je ne maîtrise pas encore tous les réglages. m(_ _)m

Du côté du services c’est quasiment catastrophique, et on se dit à chaque fois la même chose : c’est très guindé pour ce que c’est – on est pas non plus à la Tour d’Argent – et on a l’impression que les serveurs font tout, mais alors vraiment tout, pour nous éviter. Ils ne regardent JAMAIS les gens, ne lèvent jamais la tête pour voir si vous avez besoin de quelque chose. Ils se tiennent soit debout en regardant leurs pieds, ce qui est quand même assez rare car ils doivent être briefés pour ne jamais « rien faire », soit, le plus souvent, affairés à quelque chose qui demande d’avoir la tête baissée. Et ne croyez pas que lorsque qu’ils passent entre les tables pour servir les gens il en est autrement. Ils regardent la table qu’ils vont servir, ou le plat qu’ils transportent, et basta. Et bien sûr, si jamais ils aperçoivent un bout de main levée du coin de l’oeil, ils font semblant de ne rien voir. Très énervant.

Ceci m’a valu un petit désagrément la dernière fois que nous y sommes allés. Notre commande arrive, mais il manque ma galette des rois. Je me dis alors que c’est peut-être plus long à préparer car il faut la faire chauffer. J’attends… J’attends… Je guette les serveurs, qui bien évidemment jamais ne me regardent (ils ne regardent personne de toute façon). Je reste zen, mais c’est assez chiant.

Je vois la dernière part de galette s’envoler, et je me dis qu’ils m’ont oubliée et que je ne la goûterai pas cette fois-ci.

Au bout d’un très long moment, au moins 10 minutes, j’arrive à héler le serveur qui vient servir la table juste à côté de la notre (sinon c’était impossible). Il part en cuisine se renseigner, puis revient me dire qu’en effet il a oublié de noter ma commande, et qu’en effet la part de galette que je viens de voir partir était bien la dernière…

Petite compensation, il m’offre la pâtisserie de mon choix. Et là je me dis bon ok, je n’ai peut-être pas eu ma galette, mais au moins on économise une dizaine d’euros ! Bon plan !! :D J’ai donc choisi la fameuse crème brûlée, qui s’appelait un truc comme « crème renversée sur lit de fruits rouges ». C’est le serveur qui me l’a conseillé car je ne savais pas quoi choisir et je ne l’avais pas vu (il y a une petite desserte dans la salle avec tout ce qui est disponible pour qu’on puisse voir de visu). Et là, je le remercie vraiment parceque c’était genre une des meilleures pâtisseries que j’ai pu mangé EVER.

Pour conclure, je dirais que si vous êtes de passage à Paris, allez-y sans hésiter, car si on fait abstraction du service ça vaut vraiment le coup! Rien que pour cette fameuse crème brûlée ou le cheesecake super mia-miam :) Il peut y avoir la queue le samedi après-midi, mais on attend à l’intérieur, donc même s’il fait froid, c’est très supportable.

Les thés sont très bons, même si je n’en prends pas à chaque fois. En général j’achète en sachet, bien moins cher, ceux que j’ai préférés goûter. Celui que je préfère pour le moment est celui à l’amande, et j’aime aussi beaucoup le Thé au Sahara, un thé vert à la menthe et pétales de rose. Je n’aime pas trop les trucs aux pétales de rose, mais là ça me plait.

Par contre, concernant mon thé préféré EVER, il se trouve lui chez Ladurée, et c’est le Oolong à la fleur d’oranger. Une vraie tuerie ! Celui de chez Mariages Frères n’a malheureusement rien à voir.

Sur ce, bon lundi à tous !

BD / Manga

A nous deux, Paris !

Attention, attention ! Gros coup de coeur BD ! Je répète : gros coup de coeur BD !

Je l’avais repéré à sa sortie, il y a quelques mois déjà, mais je ne l’avais pas encore eu sous la main, donc je n’avais pas encore craqué ! C’est chose faite, depuis avant-hier.

J’étais partie pour acheter Blue (de Naoki Yamamoto), et à défaut de le trouver je suis tombée par hasard sur A nous deux, Paris ! chez BD Net, une super librairie de BD dans le 11ème où les vendeurs sont très sympas, et où, du coup, on a envie de dépenser des sous.

J’ai ouvert vite fait la bête, histoire de me conforter dans mon envie, et hop, dans mon panier !

De quoi ça parle ? Pourquoi c’est bien ?

Il s’agit d’une BD autobiographique – j’adore ça – qui raconte une année pendant laquelle l’auteur, japonais, a vécu à Paris.
JP Nishi débarque en France avec le profond désir de devenir assistant d’un auteur de BD française. Mais en France ça n’existe pas, et il se retrouve donc vendeur dans une épicerie japonaise bien connue (Kioko il me semble, selon ses descriptions et dessins). Il se prend un petit appart, puis commence sa vie parisienne, et -entre autres- sa quête d’une petite amie.

La BD est ainsi une série de petites scénettes sur la vie parisienne à travers les yeux d’un japonais, les contrastes de culture et de mentalité. Des choses qui nous paraissent anodines et auxquelles on ne fait même pas attention, comme se faire la bise, coucher la première fois, partir à l’heure du boulot, etc., deviennent des montagnes d’incompréhension et d’apprentissage pour l’auteur. C’est hyper drôle, j’ai parfois tellement ri que j’en ai attrapé mal aux abdos !

En plus quand on vit à Pars, on reconnait pleins de lieux, et c’est super intéressant de les découvrir sous un autre oeil. La rue Sainte-Anne, le passage choiseul, la gare St-Lazare et l’aveugle qui fait la manche avec son chien et Georges Brassens à tue-tête, les quartiers, les bouches de métro, tout ça.

J’ai vraiment adoré. C’est raconté sans méchanceté, sans moquerie, avec beaucoup d’amour pour Paris et sa faune. Ça change par rapport à ce que je racontais dans mon article précédent ! ^ ^

Les 3 premières pages donnent vraiment envie de lire le reste :

Je n’ai pas l’impression d’avoir dit tout ce qu’il y avait à dire, ni de l’avoir très bien vendu, mais c’est super, lisez-le !

Gourmandises

Bien Bien c’est bien bon !

Hier soir j’ai réussi à convaincre les troupes avec qui je déambulais aux alentours de Grands Boulevards d’aller manger chez Bien Bien, et c’était pour moi un grand moment de bonheur !

Il s’agit là d’un de mes restos thai préférés sur Paris (avec Madame Shaw, Khun Akorn et  le classique Blue Elephant qui reste très cher), découvert grâce à une ancienne collègue fan de nourriture asiatique comme moi. Hier soir j’ai décidé de changer mes habitudes, car je ne sais pas si ça vous le fait, mais moi il m’arrive souvent, lorsque je vais dans un resto que j’aime beaucoup, de toujours prendre exactement la même chose ! C’est tellement bon, et on s’est tellement régalés, qu’on arrive pas à se décider à prendre autre chose ! Donc pour changer de mes habitudes – soupe de poulet lait de coco, pad thai et dessert du jour à base de riz gluant et mangue fraîche – j’ai pris soupe poulet au lait de coco, omelette végétarienne et dessert du jour (le même que d’hab’). Bon, ok, c’est vrai que je n’ai changé que la plat ! ^ ^ Mais j’ai oublié de préciser que je ne pouvais manger que très mou car je m’étais à moitié fait dévitaliser une mollaire la veille, et  j’avais encore un peu mal. D’où mon choix d’omelette. Et puis je n’avais pas super faim, il faisait chaud, et l’omelette fait partie des entrées, donc elle n’est pas très grosse. J’ai pris celle aux miettes de crabe et mon amie Miss Rayure à pris celle aux grosses crevettes, et on a fait moit’-moit’ pour goûter. Eh bien j’ai d’abord beaucoup aimé celle aux miettes de crabes, mais j’ai ensuite préféré celle au grosses crevettes ! Elles étaient assez classiques comme omelettes, avec un goût très proche de la cuisine française, mais l’aissaisonnement était très réussi, et elles étaient bien goutues !
Ah ah, je parle presque comme un critique gastronomique d’M6 !!

Les deux hommes qui étaient avec nous ont tous les deux pris le canard laqué au curry rouge, qui avait l’air bien bon lui aussi !

La soupe au poulet et lait de coco, un grand classique que j’adore dans la cuisine thai et que je prends toujours quelque soit le resto, était très savoureuse, comme d’habitude chez Bien Bien. Et au dessert je n’ai pas pu résister à l’appel du « dessert du jour », malgré son prix (9€), car je le trouve vraiment hyper délicieux ! Le riz gluant est servi avec une petite sauce sucré-salé, et la mangue telle quelle, et bien mûre. J’adore !! Les autres se sont moqués du prix de mon dessert, mais je m’en fiche parceque le plaisir qu’il me procure les vaut bien !

Les pris sont vraiment très corrects (à part ce dessert) : la soupe 6€, l’omelette 6€, les pad thai 8,50 et les curry entre 10 et 12€ il me semble. Le service est agréable : pas besoin de demander quand la carafe est vide, on vous en apporte une en moins de deux, et ça c’est quelque chose que j’apprécie.

Je n’avais malheureusement pas pris mon appareil photo, alors là vous avez juste droit à une photo de la carte accrochée à mon « tableau d’honneur » (12€ chez Maisons du Monde ^^),ainsi qu’à un screeshot de Google maps, mais promis, la prochaine fois je vous fait voir de quoi il retourne !!

Et ce resto porte bien son nom, car quand on y va pour la première fois, on ne peut s’empêcher de dire « bien bien » en sortant, avec un petit air satisfait ! ;)