Japon et trucs mignons, Lifestyle

Au coeur de la mode japonaise

zipperP1110227En v’là-ti-pas un titre bien racoleur ! ^ ^

En réalité je vais juste vous montrer quelques images de magazines… mais non sans tout vous raconter au préalable !

Les petits cadeaux offerts avec les magazines de mode japonais me font souvent craquer et dépenser des fortunes. L’excuse est, à chaque fois, que je pourrais me servir des photos comme modèles ! Ce qui m’est arrivé plusieurs fois tout de même.

Bien que je me sois beaucoup calmée là-dessus – soyons clairs, je n’ai plus de place chez moi – j’ai tout de même baissée ma garde devant deux magazines : Zipper et Cutie.

Le premier s’adresse plutôt aux jeunes filles lookées pop-rock, tandis que le deuxième est plus destiné aux jeunes filles à teint rose qui aime le blanc, et… le rose, adeptes du « cute ». Le premier offrait un grand sac en toile estampé « Nadia » (mon deuxième prénom, ça tombe bien), et le deuxième une petite pochette de beauté avec un petit flacon tout joli de spray parfumé pour le corps.

Le Japon c’est vraiment un autre monde, et à tous points de vue. Le pays de l’espadrille à plateforme et de la basket-stilletos !

Je me paierais bien un billet d’avion rien que pour les sandales à plateforme léopard qu’on voit sur la page « AMOYAMO », si j’étais pétée de thunes…

Voici donc une petite immersion au coeur de cette mode acidulée :

zipperP1110226 zipperP1110228 zipperP1110229 zipperP1110230 zipperP1110231 zipperP1110232 zipperP1110234 zipperP1110235 zipperP1110238 zipperP1110239 zipperP1110240 zipperP1110241 zipperP1110242

cutieP1110253 cutieP1110244 cutieP1110245 cutieP1110246 cutieP1110247 cutieP1110248 cutieP1110249 cutieP1110250 cutieP1110251

Publicités
BD / Manga, Gourmandises, Japon et trucs mignons, Tricot & co

Shopping chez Junku

Comme j’ai la chance incroyable de travailler, pendant quelques temps, à deux pas du quartier japonais, il m’était impossible de ne pas aller y faire un petit tour (chaque midi ou presque) !

c’est donc mardi midi, après un bento salade-poulet et un melon-pan orange-choco des plus délicieux – dégustés sur place, à la boulangerie Aki – que je me suis dirigée vers le métro Pyramides, pour aller dépenser quelques deniers dans ma librairie préférée, Junku.

shopping_junku_0321013

De gauche à droite, il y a :

pochevert– « Petites mascottes en laine feutrée« , de Midori Hattori, un coffret/livre contenant tout ce qu’il faut pour fabriquer les quatres jolies petites peluches qu’on voit sur la couverture. Explications en images, pas à pas, laine feutrée, aiguille, et petits accessoires, tout y est !
Le site officiel est, lui aussi, bien joli.

– « Harajuku Press« , un magazine/guide touristique bilingue japonais-anglais, spécial quartier d’Harajuku, avec des bonnes adresse et des photos de gens lookés croisés là-bas.

– « Mes petits plats faciles« , de Etsuko Mizusawa et Masayuki Kusumi (le scénariste du manga Le Gourmet solitaire), contant l’histoire d’une trentenaire japonaise un peu feignante (d’après les normes de la société japonaise), qui n’a pas d' »obligations » puisque son mari est souvent absent pour son travail, mais qui est très gourmande et qui trouve quand même le courage de se faire un peu à manger, avec ce qu’elle trouve dans ses placards. Sympathique, je m’y reconnais beaucoup, j’avoue ! ^ ^
Les recettes sont véridiques, plus ou moins « bizarres », et très faciles à essayer, même ici, en France.

– « Les gouttes de Dieu« , volume 36 en VO. Je ne lis pas ce manga, mais la couverture m’a beaucoup plu !

– « Tsui no sumika« , de Mio Murao, un manga pour adultes (dans tous les sens du terme !), qui raconte l’histoire d’un salary man de quarante-deux ans dont la femme demande le divorce et qui se retrouve seul, triste et désemparé. Sauf qu’il sera rapidement courtisé par une jeune collègue à forte poitrine fraîchement divorcée, et néanmoins plutôt peu farouche…
L’auteur(e ?), Mio Murao est visiblement spécialisé dans ce genre d’histoires mettant en scènes des femmes à poitrine généreuse. Ce type de seinen « romance pour adultes hommes ou femmes » n’est pas importé en France, ou très peu.

Encore une fois, j’ai fait très attention à mon budget, mais je m’en suis quand même sortie avec un ticket de caisse de 80 euros …