Dessin

Comment dessiner de jolies filles sexy « façon manga » ?

Je vous avais promis un petit article sur la façon de coloriser un dessin, mais pour bien commencer l’année  je vous propose un petit article pour apprendre à dessiner des filles sexy façon manga (ou pas) , car comme j’ai cru deviner que vous êtes plusieurs à vous poser la question, j’ai envie de partager avec vous quelques trucs et astuces. Je vais sûrement oublier des choses que j’ajouterai au fil du temps.

Tout d’abord sachez que je voue une véritable passion au dessin de filles sexy, et ce depuis très longtemps. Quand j’ai commencé, vers l’adolescence, je trouvais ça un peu bizarre et je ne m’en vantais pas trop, je les dessinais le soir discrètement ! :) Ensuite, pendant les années fac j’en ai dessiné beaucoup, sans complexe. Après tout il est courant que les mecs dessinent des super-héros, pourquoi les filles ne dessineraient-elles pas des pin-ups ? Puis passé 30 ans j’ai arrêté. J’ai regardé ce que j’avais fait jusque-là et ça m’a paru grotesque. Grotesque parceque je n’arrivais pas à me détacher du modèle manga, et je n’avais pas encore tout bien saisi. Aujourd’hui je suis toujours dans un style manga, mais je maîtrise mieux le truc. C’est pour ça que depuis 2-3 ans je m’y suis remise, ça me manquait ! C’est vraiment bizarre quand même quand j’y pense !! :)

En tous cas il m’aura fallu longtemps pour arriver à un résultat à peu près satisfaisant. J’ai stagné pendant des années, sans progresser, parceque je n’avais pas de recul sur mes dessins. Ils me plaisaient, j’étais assez fière et basta ! Donc je ne voyais pas ce que j’aurais pû améliorer. Et puis en les revoyant plusieurs années après les défauts m’ont sautés au yeux : yeux trop gros, trop rapprochés, corps trop difformes, poses improbables. Entre-temps j’ai beaucoup lu de mangas, beaucoup regardé de dessins hentai, beaucoup analysé les détails du trait, des formes les unes par rapport aux autres, et je ne dessine plus de la même façon.

Mais ça dépend de tout un chacun et de votre faculté d’apprentissage et surtout de votre don d’observation. Comment reconnaître un résultat satisfaisant d’ailleurs ?  Eh bien c’est simple : vous finissez votre illustration, et vous êtes content(e) du résultat la plupart du temps. Puis quelques temps plus tard (quelques mois, voire quelques années) vous ressortez cette illustration et vous ne voyez que les défauts ! Ce n’est pas ce que j’appelle un résultat satisfaisant… :) Pour ma part, cela fait seulement 2 ou 3 ans que lorsque je ressors mes dessins, ils me semblent à peu près corrects. J’y apporte en général toujours une petite retouche car on ne cesse jamais de s’améliorer, mais dans l’ensemble ils sont plutôt viables, et je peux les reprendre tels quels pour éventuellement les mettre en couleur comme ça a été le cas pour les dessins que je vous montre ici.

Quelque soit le style de dessin de fille sexy que vous voulez faire, il n’y a pas de mystère, il vous faudra vous entraîner encore et encore, car rien ne vaut la pratique ! Copiez des dessins d’artistes que vous admirez, pour commencer, c’est un très bon exercice. Prenez comme base des photos ou carrément des modèles nature si vous en avez la possibilité. Personnellement je trouve ça plus facile d’après photo que sans avoir de modèle, juste à l’imagination, mais c’est à vous de voir ! Et puis certains sauront naturellement créer des pauses sympas sans modèle, il n’y a pas de règle prédéfinie.

Pour ma part j’ai commencé par copier des photos que je prenais dans le cahier « video X » de Télé K7 dans les années 80-90 (ça ne date pas d’hier !!). C’était, il me semble, un petit cahier détachable avec les sorties des films X. Les photos étaient bien sûr censurées puisque c’était donné avec le programme télé, donc il y avait des petits ronds noirs aux endroits propices.  Je découpais toutes les semaines celles dont la pose me semblait dynamique et sexy sans être trop vulgaire, et je les gardais dans une pochette. C’était mon « Getty Images » de l’époque ! J’en ai fait des dizaines d’après ces photos ! Il m’arrivait aussi parfois de prendre modèle sur des photos « normales », comme celles magnifiques d’Ellen Von Unworth qu’on trouvait dans le magazine Photo, ou des photos de mode.

Celle que j’ai faite ci-dessus est un hommage aux pin-ups manga 80′ dessinées par Mon-Mon. C’est en 2001 que j’ai réalisé mon premier achat sur Ebay, qui s’appelait à l’époque iBazaar, pour acheter l’artbook de ce dernier, appelé « Candy » (fan de Candy un jour, fan de Candy toujours!). Quand je l’ai reçu c’était noêl pour moi ! Je me souviens que j’étais hystérique, comme un feu d’artifice dans la tête qui ressortent par les yeux ! J’étais tellement fan, c’était tellement beau à l’époque par rapport à ce qui se faisait d’autres en dessin de pin-ups et filles sexy ! Et c’était tellement la révolution de pouvoir acheter des trucs à l’étranger aussi facilement ! Je me souviens qu’avec les frais de port il m’avait coûté 26,50€, alors qu’aujourd’hui on le trouve sur Amazon à 8,95€ ! Eh oui, ça a quand même un peu vieilli … :)

Pour les photos et les modèles, aujourd’hui c’est beaucoup plus facile de trouver de la documentation, il suffit de taper quelques mots-clés sur un bon moteur de recherche pour trouver foultitude de jolies photos ! Sachez quand même que vous ne pourrez pas commercialiser vos dessins tirés de ces photos sans l’accord de leur auteur.

Pleins de choses me viennent à l’esprit, et je m’excuse à l’avance de vous livrer ça un peu en fouillis ! Je vais essayer de faire différents paragraphes, mais quand je parle de ce qui me passionne, je ne suis pas du genre à bien organiser les choses. Merci d’avance de votre compréhension ! ^ ^

Pour rentrer dans les détails de la réalisation, voici la première technique qui me vient à l’esprit : la méthode de la grille

Bien sûr lorsque l’on dessine « façon manga » ce ne sera pas la méthode idéale car ça sera trop réaliste, mais pour s’entraîner c’est pas mal.
Le « système de grille » consiste en ceci : vous prenez une feuille en plastique transparent + un stylo fin qui écrit sur le plastique (ou une feuille de calque et un crayon ou un stylo) et vous faites un grille, par exemple à 1 cm d’intervalle, ou plus, selon comme vous le sentez le mieux. Vous faites ensuite de même au crayon de papier (sans appuyer pour pouvoir gommer facilement) sur la feuille sur laquelle vous allez faire votre dessin. Vous allez ensuite recopiez la photo case par case, ce qui sera beaucoup plus facile qu’aléatoirement en entier. Ça peut paraître un poil rébarbatif  et inutile, mais faites-moi confiance, vous si vous débutez et ne maîtrisez pas encore bien l’anatomie humaine, ça vous apprendra beaucoup. D’ailleurs en parlant d’anatomie, laissez tomber – si vous en avez ou si vous pensez vous en procurer – les bonhommes « o’cedar », ils ne servent à rien car ils n’ont aucune souplesse et rendent les poses trop raides. Au pire, vous pouvez vous procurez des poupées mannequins « Obitsu »  à customiser (on choisit le corps, la tête, les cheveux, les yeux et on change à loisir la position des mains et des pieds qui sont vendus par sachet de plusieurs) que l’on trouve chez la vendeuse Mimiwoo sur Ebay (qui est une vendeuse sérieuse chez qui j’ai acheté bon nombre de mes poupées !).

Une fois que vous serez à l’aise et que vous vous sentirez prêt(e), vous pourrez passer à l’étape suivante :

Faire un croquis d’après photo, sans la grille.
Soulagé du système de la grille, vous pourrez jouer un peu avec les formes et proportions, faire une taille plus fine, ou des formes plus accentuées, ou pas, comme il vous plaira ! Je vous conseille de prendre souvent du recul : au sens propre, arrêtez-vous régulièrement pour vous éloignez et regarder votre dessin dans son ensemble. On a aussi souvent tendance à rentrer dans les détails avant même d’avoir posé les bases, et c’est une des erreurs qui font perdre le plus de temps ! Imaginez que vous avez dessiné un magnifique oeil, puis un deuxième, mais que les deux sont mal alignés, et qu’ensuite vous ratez une partie du corps ou le corps tout entier ! Ah mon dieu, comme j’en ai perdu du temps à faire ça !! :D

Le recul est e-s-s-e-n-t-i-e-l !!!  Et aussi lorsque vous dessinez, ayez toujours en tête la forme que souhaitez faire. En bref soyez à fond concentré, sans vous concentrez sur un détail ! :)

Pour poser les bases, il faut y aller par étape, en commençant par le plus rudimentaire : Les lignes d’axe du corps, le rond ou ovale pour la tête, les lignes de visages pour placer les yeux, la bouche et le nez. C’est toujours un peu chiant et on pense souvent qu’on peut se passer de cette étape, mais elle est vraiment essentielle, croyez-moi ! J’ai remarqué que depuis que je fais ça, je réussis 80% de mes dessins, contre 40 ou 50% avant. Aussi lorsque vous copiez une photo, avant de vous mettre à dessiner, visualisez bien le « squelette » et représentez-vous mentalement les lignes principales qui vont donner le mouvement. Vous pouvez ensuite commencer par tracer un ovale pour la tête ainsi que les lignes directrices avant de vous lancer dans le reste, ça vous aidera certainement. Voici un exemple de photo que j’ai prise dans un bouquin de posing japonais, avec les lignes directrices (ou squelette de construction) :

Sur cette couverture de magazine, ça donnerait ça :

Une fois qu’on a fait ça en général le reste coule de source. On remarque que les lignes des épaules et celle des hanches sont rarement parallèles, et le plus souvent en opposition comme sur la pose ci-dessus.

Si à un moment vous êtes bloqué(e), que vous n’arrivez pas à dessiner une partie du corps, ou que votre dessin est trop cra-cra parceque vous avez trop gommé, eh bien … recommencez !! On rechigne souvent à faire ça parcequ’on est content d’une partie du dessin, mais en général il vaut mieux carrément recommencer. Et puis des fois on est tout simplement pas dans le « mood » de la pose qu’on veut faire. Il faut la ressentir pour bien la dessiner. En tous cas n’hésitez pas non plus à faire plusieurs croquis préparatoires, même s’ils ne sont pas « bien dessinés », il s’agit surtout de comprendre le mouvement et les formes.

Il existe pas mal de livres qui parlent de ça, comme par exemples les livres pour apprendre à dessiner les mangas. Les dessins peuvent paraître un peu vieillots, mais ils sont vraiment pratiques. Celui-ci me parait assez indispensable : Le dessin de manga, volume 4 , Personnages féminins : attitudes et expressions chez eyrolles.

Il existe aussi au Japon des bouquins de posing, regroupant tout pleins de poses utiles aux mangakas. On peut en trouver certains chez Junku à Paris, mais sachez qu’ils sont assez chers, comptez un peu plus de 40€ il me semble. On peut aussi les commander ici.

Je viens aussi de découvrir un site qui propose, via un abonnement mensuel, un catalogue virtuel de poses, hommes ou femmes, avec un moteur de recherche plutôt bien fait : on choisit le sexe, l’apparence physique, le contexte, etc.
Ça s’appelle Human anatomy for artist, et vous le trouverez ici.

Concernant le matériel, vous pouvez utiliser un crayon bleu appelé Col-Erase, si vous en trouvez, ils sont de plus en plus rares dans les magasins de loisirs créatifs. Ces crayons ont la particularités d’être comme des crayons de papier, avec une gomme au bout, mais avec une mine bleue (moyen ou clair), couleur qui ne sera pas scannée si vous faites un scan en noir et blanc. Très pratique donc puisque vous n’aurez pas à gommer et ne salirez pas l’encrage final ! Enfin, ceci est valable si vous n’encrez pas sur ordinateur et si vos traits sont noirs. Sinon vous pouvez utiliser un porte-mine Rotring, je les trouve très agréables à utiliser, ils glissent bien et ont un joli tracé.

Vous aurez ensuite besoin de quelque chose pour l’encrage des contours, et là ce sera à vous de choisir l’outil avec lequel vous serez le plus à l’aise. Pour cela n’hésitez pas à en essayer plusieurs ! Mes stylos de prédilection sont les stylo bille  (Bic ou Pilot, ils glissent bien) et les stylo-feutres Pilot (HI-TECHPOINT V5 ou V10). Vous pouvez aussi tenter la plume, comme les mangakas, mais cela demande un peu plus d’entraînement.

Pour vous donner une idée, une petite photo de ce que j’utilise le plus souvent :

Il ya aussi la possibilité de le faire directement sur ordinateur si vous possédez une bonne tablette graphique (Wacom Bamboo pour les débutants, Intuos pour les professionnels ou Cintiq pour les Super-pros qu’ont pleins de thunes). Pour les logiciels vous pouvez utiliser Photoshop ou Manga Studio et Painter qui sont moins chers. La tablette graphique vous sera bien utile aussi pour retoucher vos dessins. Les yeux sont mal alignés ? une main est trop petite par rapport à l’autre ? La tête trop grosse par rapport au corps ? Hop, un coup de retouche ! Sur Photoshop, c’est le top, mais il vous faudra maîtriser un minimum le logiciel ! Si c’est le cas, plus besoin de refaire votre dessin de zéro, la révolution pour les vieux comme moi qui savent ce que c’est que de bosser sans. Et c’est aussi tout à fait faisable hein, pas de panique ! :)

Depuis quelques temps je suis dans une période où j’aime bien garder le tracé brut et le mettre en couleur.
Voici donc un petit tuto pour coloriser vos tracés :

1 . D’abord vous scannez votre dessin en haute résolution (300 dpi minimum, 600 étant l’idéal), puis vous l’ouvrez dans Photoshop.
2 . Vous allez commencer par « cleaner » (=nettoyer) votre dessin d’origine. Pour cela, sélectionnez le calque avec votre dessin s’il ne l’est pas déjà (en cliquant dessus), puis faites Ctrl + L.
La fenêtre « levels » (ou « niveaux » en français) apparaît et vous pouvez régler à votre convenance le contraste. Vous allez ainsi blanchir les parties un peu sales et accentuez votre tracé sans le dénaturer, comme cela aurait pû être le cas en le faisant avec le basique outil « contraste » .

On obtient normalement quelque chose comme ça :

3 . Dans la palette des calques, vous allez créer un nouveau calque en cliquant sur la petite icône feuille en bas à droite de la palette (sur la version CS4) :

4 . Dans la palette outils qui est à gauche, cliquez sur l’outil dégradé/pot de peinture puis sélectionnez l’outil pot de peinture dans la liste déroulante qui apparaît :

5 – Choisissez la couleur que vous voulez utiliser, puis cliquez sur le calque vide que vous venez de créer pour le remplir. Votre document est alors rempli de cette couleur. Maintenant, dans la palette des calques, à droite, vous allez changer le mode d’incrustation de votre calque et le mettre en « Screen ». Je ne me souviens plus de la correspondance en français, mais essayez-les tous, vous trouverez bien à un moment.

Si la couleur que vous avez choisi au départ ne vous convient plus, vous pouvez faire un « crtl + U » pour modifier la teinte plus rapidement que de repasser par l’outil « pot de peinture ». Normalement vous obtenez quelque chose de ce type :
Pour la version finale de ce dessin je n’ai pas utilisé cette méthode, mais ce genre de détail peut donner un résultat un peu plus doux, original et moderne. Bien sûr il ‘est pas nécessaire de recourir à cette manipulation si votre tracé n’est pas noir et/ou si vous avez utilisé un outil de la couleur que vous souhaitez pour le tracé définitif. Si vous utilisez un ordinateur pour encrer, vous aurez un choix de couleur inifini.

Les japonais utilisent de plus en plus le tracé coloré, comme en témoigne cette illustration que j’ai trouvé sur une pub pour une école de manga et d’animation (au Japon) :
 Si vous regardez bien, les contours ne sont pas noirs, mais plutôt d’une teinte comme la couleur de la peau en plus foncé. Le rendu est, à mon avis, bien plus subtil qu’avec un banal contour noir.

Pour ce dessin que j’ai fait plus récemment, mon tracé de contour est marron :

Et la pose vient de mon livre de posing acheté au Japon (vraiment très pratique) :

Voilà pour les grandes lignes, passons maintenant dans les détails (du corps humain) si vous le voulez bien ! Il y a 3 éléments que je trouve pour ma part difficiles à réaliser, ce sont : les mains, les pieds et les cheveux. Commençons par le plus difficile à mon avis :

Les cheveux
Pour cet élément si perplexe – et changeant selon les gens – les mangakas utilisent une plume plus fine. Depuis que j’ai remarqué ce détail (et je crois qu’un livre pour apprendre à dessiner les mangas en parlait) j’ai complètement changé ma façon de faire. Les japonais sont d’ailleurs particulièrement doués dans ce domaine, et les auteurs de shojo apportent un soin tout particulier à dessiner une belle chevelure. Donc pour commencer, toujours le même conseil : observez !
Regardez vos mangas ou vos illustrations manga, et observez bien comment sont dessinés les cheveux. Il y a bien sûr pleins de façons de faire, et vous choisirez en fonction du style que voudrez adopter. Dans le cas qui nous intéresse, la fille sexy, inutile d’appuyer comme un mamouth sur votre crayon ou de forcer votre trait, le résultat serait pataud (sauf effet de style spécifique bien sûr). De plus le cheveu est en général plus fin sur les pointes qu’à la racine, donc allégez encore plus cette partie. Ici les effets de plein et de déliés sont les bienvenus : vous pouvez appuyer plus sur votre crayon à certains endroits, comme dans les creux ou dans les endroits que cela rendrait dynamique et intéressant. On peut aussi faire des traits réguliers, encore une fois, pas de règle prédéfinie, il faut trouver un style qui correspond à ce que l’on est capable de faire, et encore une fois s’entraîner encore et encore … :)

J’aime beaucoup le style de Mari Okazaki, qui met souvent l’accent sur les cheveux dans ses illustrations. Elle utilise souvent les aplats noirs pour l’intérieur de la chevelure, et laisse dépasser quelques mèches, dessinées de façon minutieuse, mèche par mèche, pour donner de la souplesse et un effet de douceur. En voici quelques exemples :

Une coupe avec des cheveux courts peut être sympa aussi :

D’autres ont des méthodes plus traditionnelles : un tracé pour le contour, quelques traits pour les mèches principales, et le reste est colorisé à l’ordi, avec 3 couleurs : une pour la teinte principale, une pour les ombres et une pour les reflets de lumière. Ils ajoutent parfois quelques dégradés pour donner du volume :

J’ajouterai plus tard d’autres exemples d’illustrations récentes de jeunes auteurs, vous verrez qu’il a une foultitude de façon de dessiner les cheveux !

Si vous faites un dessin d’après photo, essayez (comme toujours) de bien comprendre le mouvement. Si vous faites un dessin de vous-même, imaginez-vous comment vos cheveux tomberaient, selon l’axe d’inclinaison de la tête. Si la celle-ci est penchée vers la droite, les cheveux tomberont plus bas sur la droite.

Pfiou, je vais vous laisser un peu respirer et assimiler tout ce que vous venez de lire, je ne sais pas si j’ai été très claire, mais j’espère vous avoir aidé au moins un peu !

La suite au prochain épisode !

En attendant, je vous laisse maintenant à vos crayons ou stylets, je crois vous avoir dit l’essentiel. Si je repense à des choses, je viendrais les rajouter au fur et à mesure.

Pour la colorisation, ce sera un autre article à part entière, car il y a aussi beaucoup à dire !

En attendant, si vous ne savez pas par quel bout commencer, vous pouvez vous entraîner en copiant le style de colorisation d’illustrations qui vous plaisent, ou lire des interviews de vos artistes préférés si vous en trouvez, c’est toujours très instructifs. Soyez observateurs, regardez bien les ombres et les lumières, la couleur des ombres, TOUS les détails !

Je posterais aussi régulièrement des exemples de dessins d’illustrateurs japonais ou mangakas que je trouve particulièrement chouettes, dans la catégorie « Illustration », alors repassez par ici de temps en temps !

Avec un peu d’entraînement tout le monde peut y arriver ! Ganbatte !!