Gourmandises, Japon et trucs mignons

Le goût du Japon à Paris

onigiriC’est possible ! Grâce à ce merveilleux onigiri acheté dans une supérette bien chouette que j’ai découverte aujourd’hui même : ACE Opéra, rue Saint-Augustin. Je suppose qu’il s’agit de la même chaîne que le Ace qui est rue Sainte-Anne, sauf que dans celui-ci il y a aussi de la très jolie vaisselle, et des onigiris de malades !

Cet onigiri (de malade, rappelons-le) était supposé être au thon-mayo, un grand classique de la street food japonaise, et en quelques sortes l’équivalent de notre sandwich jambon-fromage. Mais dès la première bouchée j’ai compris qu’on m’avait menti, et tant mieux, car j’avais pris thon-mayo faute de mieux ! Là il y avait clairement de la viande cuisinée et finement coupée avec de l’oignon, comme dans le gyudon (l’équivalent du boeuf aux oignons chinois, mais en vachement meilleur). C’était vraiment hyper délicieux ! Et je ne sais plus son prix, mais il était moins cher que chez Ace-mart et la boulangerie Aki. Un nouveau must sur ma to-eat liste lorsque je me promène vers 4 Septembre ! ^_^

Un onigiri est , pour ceux qui ne le sauraient pas encore, une grosse boulette de riz triangulaire, fourrée de thon-mayo, saumon-mayo, prune salée, ou tout autre chose mystérieuse peu connue par chez nous. C’est en général peu cher – entre moins de 2€ et 2,50€ en général – et bien bourratif, donc bien pratique en période de disette financière !

J’ai aussi acheté des nouilles en sachet ultra pas chères (0,85 cts le paquet) et de la préparation pour mapo tofu, un plat d’origine chinoise que j’adore :

courses_aceDans un prochain poste je vous raconterai la régalade que je me suis faite avec les Oyakata Noodles.

Très bon week-end à tous !

Gourmandises

Cuisiner comme à Bon Temps, et piquer les recettes du Camion qui fume !

Comme le temps passe ! Hier nous étions le 28 octobre, et nous voilà déjà au 28 novembre, soit un mois entier écoulé à la vitesse de l’éclair. C’est typiquement ce genre de faille spacio-temporelle dans lesquelles je m’engouffre toujours, qui me fait  beaucoup flipper, pas vous ?

Bref, me revoici aujourd’hui pour vous raconter mes deux nouveaux livres de cuisine, 100% USA, tout neufs tout beaux, tout juste sortis du magasin. J’ai nommé « True Blood, recettes à boire et à croquer« , et « Burgers, les recettes du Camion qui fume« . Deux véritables pépites pour moi, fan de burgers et fan de True Blood !

Difficile de résister à ces deux magnifiques couvertures. J’ai d’ailleurs remarqué que les couvertures et les maquettes des bouquins de cuisine sont de plus en plus belles et stylisées, on voit que c’est en plein essor, et que les éditeurs se donnent du mal pour se démarquer de la concurence ! Et c’est tant mieux pour nous ! Par contre une quantité astronomique de livres pas terribles voient aussi le jour, donc il faut bien analyser le bouquin avant de passer à la caisse.

il est bien évident que j’ai minutieusement étudié leur contenu car quand ça dépasse 20€, il faut que les recettes vaillent vraiment le coup. Et pour moi, c’est toujours les deux mêmes mots d’ordre : gourmandise et facilité ! il faut que les recettes me fassent envie, forcément, mais aussi qu’elles ne soient pas trop compliquées à réaliser car je ne suis pas une grande cuisinière. Ces deux bouquins ont l’air de remplir le contrat.

Je vous raconte d’abord le premier « True Blood, recettes à boire et à croquer« . « True Blood » est – pour celles et ceux qui ne le savent pas encore – LA série qui parle de vampires (mais pas que). C’est une de mes séries cultes, même si les dernières saisons n’ont pas été aussi fabuleuses que la première. Il y a le contexte que j’aime beaucoup : une petite ville de la Louisianne, Bon Temps, avec son bar-restaurant, le Merlotte’s, tenu par Sam Merlotte, son ambiance et ses couleurs spéciales, un endroit peu commun dont on entend pas si souvent parler dans les films ou séries. Et puis le fait que ça parle de tout un tas de choses, et qu’au final les vampires ne sont qu’un élément de l’histoire parmi tant d’autres. Enfin, je ne vais pas m’étendre trois heures sur la série, c’était juste pour vous amener sur le concept du livre : Que mangerait-on au Merlotte’s ou chez les habitants de Bon Temps ? 

Ce livre s’adresse bien évidemment aux fans de la série, il est pleins de photos, de dialogues et de textes, en plus des recettes. Les recettes sont elles rattachées à un bout de l’histoire, à une anecdote ou à un personnage. Il y a pas mal de cocktails, avec des noms détournés ou à connotation vampiresque comme le Dead on the beach, la Tequila Moonrise ou encore le Réveille-Mort. Ça rappelle un peu ceux du bar « Les furieux », un bar gothique près de Bastille à Paris. On trouve aussi la recette du True Blood. Vous ne le savez peut-être pas, mais c’est une boisson commercialisée et vendue dans quelques magasins spécialisés comme Album. J’ai hésité plusieurs fois à en acheter, mais 10€ la bouteille, c’est un peu hors de prix . Donc là c’est cool, on peut le faire soi-même ! En plus c’est super simple, il faut 3-4 trucs pas plus. Parfait !

Pour les plats, comme je le pensais et comme je l’espèrais, il y a quelques recettes cajun, en plus des recettes « Amérique profonde ». Les recettes sont séparées en 5 parties : les Boissons « sang pour sang », le Bar de biker Lou Pine’s par Alcide, la Cuisine maison, la Cuisine du Merlotte’s, le Festin des ménades et les tartes de Sookie. Et puis chaque recette est rattachée à un personnage genre c’est sa recette.

Vraiment un chouette bouquin. Si vous connaissez un(e) fan de la série True Blood qui aime aussi faire la cuisine, offrez-lui ce bouquin, vous ferez un heureux ou une heureuse !

En voici quelques extraits :

Pour mon deuxième achat, je me suis laissée tentée par le livre de recettes des Burgers du Camion qui fume. Je ne vous cache pas que je savais pertinemment qu’il serait mien, dès que j’ai su qu’il existait !

A Paris les gourmands ne parlent plus que de ça, ce camion ambulant qui fait des burgers incroyables, cuisinés par une américaine pure souche passionnée, que je n’ai jamais eu la chance de goûter car il ne passe jamais dans mes quartiers. En plus il se dit que l’attente est vraiment longue, et moi qui suis la feignasse la plus feignasse,  je ne vais pas traverser tout Paris pour ensuite devoir encore attendre 1h, debout. :) Je ne dois d’ailleurs pas être la seule vu qu’ils sortent ce bouquin !

Ce qui m’a particulièrement plu et attiré est le fait qu’il n’y a pas que des recettes de burgers, mais aussi des hot-dogs, sandwichs, accompagnements (beignets d’oignon, frites au chili, coleslaw) et puis quelques desserts. Des grands classiques de la junk food américaine en version « deluxe home made ». Un regret cependant, il manque l’essentiel ou presque, la recette du pain !

La maquette est très chouette, épurée, moderne, assortie de belles photos qui font bien envie. Au menu :

Les recettes qui me tentent le plus sont celles du burger à la fourme d’Ambert, le burger au foie gras, celui à la sauce teriyaki ou encore le burger campagne, qui m’a l’air bien savoureux ! Ainsi que la recette des frites au chili, miam !

camionquifume_01camionquifume_04camionquifume_02camionquifume_03camionquifume_06
camionquifume_05

Maintenant manque plus que le courage pour s’y mettre ! ^ ^

BD / Manga

Un Amour de Bentô

Je viens de finir de lire Un amour de bento qui est sorti le 1er février en France. Un petit manga plein de fraîcheur et de bonne humeur !

Je l’ai acheté sans grande attente et du coup je n’ai pas été déçue. L’histoire est gentille, sans stress aucun, centrée sur la confection de Bento et l’amour que l’on peut transmettre en les offrant à ceux que nous aimons. Pleins de bons sentiments, de douceur, de recettes qu’on a envie d’essayer (et qui sont présentes à la fin du manga, dans un petit livret détachable).

L’histoire se lit sans encombre, et un peu sans surprise aussi, mais bon… Pour moi qui ne lis quasiment que le soir avant de dormir c’est parfait car comme je le disais il n’y a aucun stress ! Et puis bien sûr, comme toute bonne adepte de shojo, on a envie de savoir quand et comment Yuki et Saé vont finir ensemble ! ^^

D’ailleurs un bref résumé s’impose :

Saé est une jeune collégienne un peu gourmande qui découvre que le bentô est l’allié des filles amoureuses. Eh oui, quoi de plus romantique que d’offrir un petit repas fait maison à l’élu de son coeur ? Bien qu’elle ne soit pas bonne cuisinière, avec l’aide de Yûki, son camarade de classe et de Shiori, la sœur de ce dernier qui va lui donner de nombreux conseils culinaires, Saé va aider ses copines à séduire les garçons dont elles sont secrètement amoureuses en leur confectionnant des bentô plein de bonnes choses et plein d’amour ! (Source Manga-News)

Voilà ! C’est bien dessiné, je me suis même carrément arrêtée sur certains dessins et certaines cases tellement je les trouvais jolis ! Rien que l’héroine est très réussie, avec sa coiffure plus qu’adorable : des couettes bouclées associées à une frange lisse… méga kawaii !!!! :)

Et si vous êtes doué(e)s dans la réalisation de bento ou si vous voulez vous lancer, Pika organise pour l’occasion un concours avec un panier surprise contenant des mangas et des livres sur les bentos à gagner. Il faut envoyer une photo d’un bento qu’on a fait, et le tour est joué !

Pour finir, voici quelques images du manga que j’ai trouvé particulièrement mignonnes :

Gourmandises, Japon et trucs mignons

Curry rice Rilakkuma

Après la customisation de bento, voici la customisation de curry rice, en version kawaii bien sûr !

Rilakkuma est la nouvelle mascotte fétiche au Japon, celle qui est en passe de détrôner Hello Kitty, et le curry rice est un plat très populaire au Japon, surtout mangé le dimanche en famille (il me semble).

Pour tout vous dire, j’adore le curry rice ! C’est délicieux et très simple à faire. Il suffit d’acheter les petits cubes de sauce curry à diluer chez K-Mart ou chez Big Store où je vais souvent car il y a un très grand choix, d’avoir du poulet, quelques carottes et quelques patates, de suivre la recette au dos du paquet de curry, et le tour est joué ! J’en prends toujours un peu de chaque sorte : pas très épicé, moyennement épicé et très épicé et on en a toujours à la maison « au-cas-où ».

 

Pour le riz d’accompagnement, il y en a un que je vous conseille particulièrement : c’est le riz de méditerranée de Camargue de Taureau ailé. Une amie japonaise nous a dit que c’était le riz français qui ressemblait le plus au riz japonais !

Gourmandises

Bento Books

Vous connaissez peut-être déjà cette mode qui nous vient tout droit du Japon : le bento ? J’en montrais un bien mignon l’autre jour, le bentotoro. Mais cette fois je veux vous entretenir à propos des recettes de bento et non de la déco ! :)

Il y a avant tout quelque chose d’important que je dois vous dire à propos de mon engouement pour les livres de cuisine : c’est que je suis particulièrement fan de 3 maisons d’édition seulement : Marabout, Hachette et La Martinière. Donc 2 en fait puisqu’il me semble que Marabout appartient à Hachette. Pourquoi celles-là et pas les autres ? C’est simple : Les couvertures sont impeccablement réalisées, avec de belles photos toujours attrayantes et une belle mise en page moderne et épurée. J’a.d.o.r.e ! Et puis l’essentiel : les recettes ! Elles sont super simples, avec des ingrédients qu’on trouve facilement, et on a tout de suite envie de toutes les faire. La Martinière est un peu plus hype et haut-de-gamme que les 2 autres qui sont plus grand public, mais ce n’est qu’une façade car ils ne coutent pas tellement plus cher (un peu quand même, mais pas autant que certains autres, en général autour de 20€) et les recettes sont fastoches aussi. J’ai des livres de cuisine d’autres maisons d’édition bien sûr mais je m’en sers étonnement beaucoup moins …

Pour en revenir à notre sujet, le bento est l’équivalent de la lunch box en version japonaise, ou du déjeuner préparé à la maison et emmené au travail le midi pour faire des économies, ou parcequ’on a pas le choix. C’est une véritable tradition au pays du soleil levant puisque les japonais en consomment très souvent : à l’école lorsqu’ils sont petits, préparés par leur maman, puis une fois adultes, au travail, préparés par leurs femmes. Je me suis souvent demandé si les hommes en préparent aussi (pour eux ou pour leur femme) ou s’ils laissent cette exclusivité à leur femme ? Et d’ailleurs les hommes japonais font-ils la cuisinent tout court ? Bon, c’est un autre sujet ! :) Dans les mangas ou les dramas l’accent est quand même souvent mis sur l’homme célibataire qui n’a pas son bento et doit manger un pauvre truc parcequ’il a pas la chance d’avoir la même vie que tout le monde et d’être marié … Enfin, j’imagine que comme par chez nous, ils doivent de plus en plus manger à l’extérieur le midi…

Et puis il existe bien sûr des versions industrielles qu’on peut trouver dans les combini (petites superettes ouvertes 24/24h), comme l’équivalent des plats industriels chez nous. J’en avais testé une fois à Tokyo, c’était pas génial. Pas mauvais mais pas terrible non plus.

Bref, le fait est que le concept est intéressant : On rassemble divers aliments, divers plats, variés et bons pour la santé, dans sa boîte à bento. De l’entrée au dessert, sur plusieurs étages si besoin. Il ne s’agit plus de vieilles frites moisies du kebab de la veille, ou de pauvres trucs préparés à la va-vite, mais de vrais bons repas équilibrés. Et puis il existe bien sûr des tas de très jolies boîtes à bento qu’on a toutes envie d’avoir ! Personnellement je rêve d’avoir quelqu’un qui me préparerait ça tous les midis !! En attendant que ce jour arrive, je me motive pour m’en faire moi-même ! Parceque le restaurant ça coûte cher, que la mac do c’est gras et que les petits plats tout prêts c’est assez dégueu et qu’on s’en lasse vite ! Sans compter que j’ai pour objectif cette année de manger plus équilibré ! Et sans compter que je vais bientôt commencer une formation dans un coin un peu désert et pourri et que c’est vraiment l’occasion rêvée pour me lancer ! Y’a sûrement de bons restos à Saint-Ouen mais j’aurais peu le temps le midi et un budget limité, donc j’espère avoir le courage de me préparer ces bons petits bentos !

En plus on a aujourd’hui la chance d’avoir une grande mode du livre de bouffe et d’en avoir pleins qui sortent tout le temps sur tout. J’adore ça !

J’en viens donc au sujet de cet article, avec mon tiercé gagnant pour les livres de recettes de bento

Le premier que j’ai acheté, et ça doit bien faire déjà 2 ou 3 ans maintenant, est « Mes petits bento » de Laure Kié. C’est un grand classique qui je pense a bien dû se vendre auprès du lectorat féminin. A l’époque il n’y en avait pas autant qu’aujourd’hui sur le marché et j’avais trouvé la couverture fort jolie et très « japonaise » (moi être folle amoureuse du Japon ^ ^). Mais il n’y a pas que ça, les recettes sont aussi très sympas et semblent simples à réaliser et assez « japonisantes » elles aussi avec, par exemple, un bento spécial onigiris. Mais je l’avoue, je n’ai encore jamais eu le courage de me lancer et ce livre est encore vierge…

J’en ai ensuite acheté un deuxième, il y a quelques temps déjà, qui reste vierge lui aussi, il s’agit de celui de Sylvie Ait-Ali, « 30 menus pour mes bentos« . Et ce n’est pas la première fois que je vous parle d’elle, souvenez-vous Les recettes du ramadan et Les macarons ! Celui-ci m’a beaucoup plu car il y a pleins de sortent de repas selon les pays et les régions, donc concept inédit et original, je kiffe ! Et puis ce sont les genres de plats que j’aime manger et que l’on fait au quotidien, parceque les trucs japonais c’est sympas mais j’aime la diversité, et la « cuisine du monde ». Les recettes sont simples et ont l’air faciles à faire. On y trouve un menu light, un menu oriental, un menu japonais (quand même !), un menu tex-mex ou encore un menu végétarien, avec comme je vous le disais des recettes simples et équilibrées.

Et puis plus récemment, c’est-à-dire hier, j’ai acheté Lunch Box de Julie Schwob. Le design de la couverture est trop canon, j’adore !! Mise en page impeccable, superbe respect du nombre d’or (truc de graphiste), couleurs parfaitement choisies, léger effet de transparence sur le titre, raaahhhh… orgasme visuel !! J’éxagère un peu mais quand même !

Et quelle est donc sa particularité à celui-ci ? Eh bien c’est un peu le même concept que le précédent, sauf qu’au lieu d’être de la cuisine de tous les pays adaptés en bento, donc en format japonais (= pleins de petites quantités d’aliments et recettes différentes) il s’agit de « bentos » de tous les pays ! De lunch box quoi ! Vous suivez ? :) A peu près la même chose finalement, mais avec de nouvelles recettes !

Ça peut donc être une salade, une pastilla, un sandwich, un bo bun, une poutine (le truc super gras qui fait rêver mon chéri et lui donne envie de déménager au Canada à chaque fois qu’on évoque le sujet), des fajitas, des samossas, un bagel ou encore une soupe. Les recettes sont classées par continent et ont, encore une fois, l’air méga simples à réaliser. J’ai hâte de découvrir les recettes d’Iran ou d’Afrique du sud, et la fameuse poutine ! J’en salive d’avance !!

Et enfin le dernier, le numéro complémentaire, pas indispensable mais sympa à avoir pour connaître quelques recettes typiquement japonaises : Daisuki enji no obentō : hajimete mama e Kantan de eiyō baransu guddo, de Yasuko Ikegami. Le titre est un peu long et je ne pourrais pas vous le traduire. Les seuls mots que je comprends sont « bento » et « mama », donc j’en déduis que ce sont des bentos (équilibrés puisqu’il y a un indicateur de calories à chaque recette ?) pour les petits enfants. Il vient de chez Book-off (4€, pas de quoi se priver !). Les images sont souvent expliquées en photos et étape par étape donc je pense qu’on peut s’en sortir sans les textes, mais je préfère me lancer d’abord dans une version française, histoire de me faire la main !

Le voici en images :

Gourmandises

ART FOOD

ART FOOD, L’histoire de l’Art en cuisine, par Valérie Abécassis, journaliste au magazine ELLE, et Nathalie Mandel, spécialiste en peinture ancienne. Voilà le livre de cuisine sympa que je vous propose de découvrir aujourd’hui !

+1 dans ma collection !
Je l’avais acheté à la Fnac il y a 2 ou 3 mois, séduite par la hype du style vintage de la couverture. Le concept est simple et pourtant, je pense, inédit : associer un plat à une oeuvre d’art. On retrouve donc les plus célèbres tableaux,  de Dali à Wharhol et les recettes qui s’en inspirent. Un gâteau ou un crumble aux pommes pour Cézanne, des ailes de poulet au sésame ou des mini pizzas pour Manet, le very jewish cheesecake pour Wayne Thiebaud ou encore les Paccheri à la ricotta sauce Campbell’s pour Warhol.

Point de photos illustrant les recettes, mais des illustrations stylisées rappelant le tableau choisi. Vraiment classe.

En résumé, un très beau livre, moderne, avec des recettes simples et appétissantes, parfait comme cadeau de noel pour quelqu’un qui aime cuisiner en toute simplicité !

Je vous ai scanné quelques pages pour vous donner un aperçu :