Gourmandises

Mes 1ers Bánh mì

Le Bánh mì (ou Bánh mì xíu mại) est un sandwich généralement garni aux boulettes de viande du Vietnam.

Les sandwichs comprennent différentes garnitures de viande et de soja tels que poitrine de porc poêlées, vapeur ou rôties assaisonné au four, saucisse vietnamienne, porc grillé, des galettes de porc grillé, foie de porc en pâté à tartiner, de la soie de porc, poulet grillé, de la soie de poulet, de sardines à la sauce tomate, boulettes de viande de porc en sauce tomate, fromage de tête, des œufs frits, et tofu. Les légumes d’accompagnement comprennent des tranches de concombre frais, carottes, coriandre et parfois de daikon mariné et sous forme râpée.

Au Vietnam, il est souvent épicé à la sauce chili. Dans les pays occidentaux, la sauce chili est souvent remplacé par des jalapeños tranchés, un type de piment qui n’est pas cultivé et consommé au Vietnam. Dans le sud du Vietnam, la mayonnaise maison est couramment ajouté au sandwich. Le fromage de ‘La vache qui rit’ est aussi un remplissage populaire au Vietnam. (Source Wikipedia)

Pour ma part je les ai fait un peu comme j’ai pu, de ce que je me souvenais de ceux que j’ai pu goûter avenue d’Ivry, juste à côté de Tang Frères, dans le 13ème à Paris. Je sais que certains disent qu’ils ne sont pas terribles, mais moi je les aime bien. Et pour dire à quel point, je déteste d’ordinaire la coriandre fraîche parceque je trouve que ça a un goût de Paic citron dégueu, mais dans le Bánh mì de la Porte d’Ivry je trouve ça délicieux !

Donc pour faire mes sandwichs, j’ai cherché des recettes sur internet tout en ayant en tête les ingrédients principaux, à savoir : carottes râpées marinées, saucisson vietnamien, coriandre et baguette de pain. Au final, j’en ai mixé deux à ma sauce, et ça a donné ça :

J’ai fait mariner 2 carottes râpées pendant 30 mn dans un saladier remplie d’eau tiède (50 cl) à laquelle j’ai ajouté 2 cuillères à soupe de sucre, 1 cuillère à café de sel et 8 cuillères à soupe de vinaigre de riz blanc. Je ne l’ai pas laissé une nuit comme le disait Le Canard du Mekong car j’ai eu peur que le goût de vinaigre soit trop fort.

Ensuite j’ai préparé mon sandwich : j’ai coupé la baguette de pain en deux, puis j’ai tartiné chaque côté de mayo allégée – je voulais en faire de la vraie, mais j’avais oublié de sortir les oeufs et la moutarde du frigo pour que tout soit à la même température, et j’avais faim – j’ai couvert une des deux moitié de carottes râpées, puis j’ai ajouté un peu d’oignons émincés et la coriandre fraîche. Je n’ai pas hésité à mettre la dose parceque c’est vraiment bon ! J’ai mis dans celui de mon chéri un petit piment rouge thai émincé (attention à mettre des gants quand vous faîtes ça, car ça brûle après, j’en ai fait la triste expérience la première fois que je m’en suis servie !).Puis j’ai ensuite disposé le saucisson vietnamien coupé en demi-tranches, et j’ai refermé. Et voilà ! C’est tout !

C’était très bon, on s’est régalés ! La même recette à peu près que le vendeur au coin de Tang Frères ! :)

Comme il restait pas mal de carottes râpées et de coriandre j’en ai refaits 2 jours plus tard avec de la baguette tradition (encore meilleur) :

J’essaierais quand même un jour d’en faire des plus traditionnels avec des boulettes de viande, ça doit être délicieux !

Publicités
Gourmandises

Mes premiers rouleaux de printemps

J’y pensais depuis longtemps, mais il me manquait toujours un ingrédient ! Cette fois je m’y suis mise, j’ai fait les courses, plus d’échapatoire !

Et comme je fais attention à ce que je mange ces temps-ci, c’est un peu le repas indiqué.

C’est un peu plus compliqué que je ne le pensais. Préparer les ingrédients, rien de plus simple : faire cuire les nouilles de riz 3 mn, décortiquer les crevettes, sortir la salade de son sachet (ben oui, faut pas déconner non plus, je déteste laver les salades), sortir la menthe, et ébouillanter les germes de soja.

Puis viens le moment de la dégustation et du ready-made : faire tremper les galettes de riz 5 secondes dans un saladier d’eau tiède, puis les déposer sur un torchon. Jusque là pas trop de difficultés. Il faut quand même dire qu’une grande assiette creuse, si on en a, est beaucoup plus pratique qu’un saladier.

C’est ensuite au moment de prendre la galette de riz pour la mettre dans son assiette que tout se complique ! Si on fait pas gaffe parcequ’on en a jamais fait et qu’on ne sait pas et qu’on ne prend pas la galette à 2 mains en la tenant bien étendue, elle va se replier sur elle-même et se coller, et il sera alors quasi impossible de la redécoller sans l’abîmer ! Un peu comme le gros scotch marron. Ça a pas grand chose à voir niveau matière, mais c’est un peu le même ressenti au final : énervement.

Bref, une fois qu’on sait, c’est super facile ! Ah, et il faut aussi penser à bien tasser au moment de l’enroulage car sinon c’est pas génial au moment de tremper dans la sauce et on en perd la moitié !! ^ ^

Maintenant il me reste à trouver la sauce idéale, car la préparation donnée avec la recette était particulièrement dégueulasse, et la sauce toute faite que je pensais idéale (et qu’on voit sur la photo) était trop forte en goût …