Tricot & co

Nouvelles mitaines !

ImageCet été, ou peut-être à la rentrée, je ne sais plus, j’ai tricoté une deuxième paire de mitaines. Enfin, de « chauffe-mains », car il n’y a pas de pouce ! (Je ne sais pas encore faire ça)

Elles sont noires, avec un contraste de laine noire normale (lambswool, fine et très douce) et de laine à strass argenté. Je trouvais ça cool et rock’n’roll.

Elles sont hyper simples et rapides à faire. Voici comment j’ai procédé :

J’ai monté 53 mailles sur des aiguilles 2,5 (nombre de mailles impair pour faire la côte 1/1)

Puis j’ai tricoté à la suite :

  • 7 rangs en côte 1/1 avec la laine Lambswool
  • 33 rangs en jersey avec la laine Strass Light
  • 15 rangs en côte 1/1 avec la laine Lambswool

La côte 1/1 c’est archi fastoche : une maille à l’endroit, une maille à l’envers et ainsi de suite sur un rang, puis l’inverse le rang suivant : une maille à l’envers puis une maille à l’endroit, et ainsi de suite.

Ensuite il suffit de coudre sur le côté où il y a le pouce en laissant un espace suffisant – mais pas trop grand – pour ce dernier.

J’ai utilisé de la laine Phildar « Strass Light » et « Lambswool », une pelote de chaque.

Le tricot à plat fait 17 cm de large.

NB : Si vous avez de petites mains, montez seulement 49 mailles (peut-être même moins ?), puis tricotez 6 rangs en côte 1/2 + 28 rangs en jersey + 13 rangs en côte 1/2

C’était la minute « Tricot ». A bientôt !

Tricot & co

La thérapie par le tricot

Eh bien ! Je me rends compte que ça fait déjà 2 mois que je suis partie en vacances de mon blog ! Je ne pensais pas que ça faisait si longtemps…

Je me rends compte aussi que mes posts sont de moins en moins fréquents, et pourtant je n’ai pas l’intention d’abandonner les lieux !

Alors, quelles sont les raisons de cette longue absence ?

D’une part, la sortie d’un jeu video… Mon jeu culte : Animal Crossing, au moins de juin dernier.  Je suis complètement accro à cette nouvelle version, bien plus riche que les précédentes, et j’y ai passé au moins 4 à 5h par jour pendant tout l’été… Depuis un mois j’ai baissé la fréquence à 2h, j’en suis contente.

La deuxième, c’est que je me suis mise à tricoter et je ne peux plus m’en passer.  J’en avais déjà un peu parlé il y a quelques mois, et mon addiction ne va pas en s’estompant. Une addiction en remplaçant une autre…

Eh oui, je l’avoue, je trouve dans le tricot une thérapie très simple et peu onéreuse aux deux addictions qui me gâchent plus ou moins la vie au quotidien : celle à la bouffe et celle (si on peut appeler ça une addiction) à la procrastination. La nutritioniste que je voyais il y a un peu plus d’un an m’avait conseillé de trouver une activité me donnant autant de plaisir que lorsque je mange un bon gâteau, et aujourd’hui cette activité c’est le tricot ! Ça me prend beaucoup de temps et quand je tricote je ne ressens aucun besoin de manger, aucune pulsion de réconfort nécessaire ! C’est génial ! Bien sûr il y a encore des moments où je ne tricote pas et où je grignotte sans faim, mais ces moment se font de plus en rares.

Quant à la procrastination, ceux qui en « souffrent » savent que l’une des conséquences de ce mal-être est de ne jamais rien finir. Et je n’avais en effet rien fini (dessins, projets de sites perso, etc.) depuis des lustres ! Là j’ai déjà fabriqué une peluche, des mitaines, un snood et une écharpe. Et je retrouve petit à petit le plaisir de FINIR quelque chose, d’avoir accompli quelque chose, de ne pas avoir abandonné en cours de route. Mais ce que je suis le plus contente d’avoir retrouvé c’est le plaisir de FAIRE, de l’idée à la fabrication, et je ne me bloque pas en me disant que je n’y arriverai pas, au contraire, je me dis qu’il n’y a aucune raison que je n’y arrive pas. Confiance power !! Enfin, soyons honnête, il y a toujours ce moment où, avant même d’avoir fini un truc, j’ai déjà super envie d’en commencer un nouveau, en laissant de côté ce que je suis en train de faire. Mais je me calme, je me concentre, je me reconnecte avec le moment présent, le plaisir, et je pense à la satisfaction intense (et au soulagement) de l’objet fini, de pouvoir m’en servir après ou l’offrir à quelqu’un. Ce n’est pas facile, c’est même une lutte de chaque instant !

Pour le moment j’ai complètement mis de côté le dessin, avec toujours dans un coin de ma tête l’envie de faire ma fameuse BD. Puis dans un autre coin le sentiment que je n’ai pas les compétences pour et que je n’y arriverai jamais. Donc je préfère y penser le moins possible.  J’arrête de me prendre la tête avec ça,  j’essaie de ne plus culpabiliser, et je me dis que je le ferai quand je me sentirai prête, et que si je ne me lance pas maintenant, c’est que ce n’est pas le moment.

C’est vraiment pénible d’être son propre frein, mais au moins j’en suis consciente. Un jour j’arriverai peut-être de nouveau à voir au-delà du bout de mon nez (ou de mon nombril) et je me remettrai à faire pleins de trucs sans soucis, sans états d’âme et sans craintes. Mais pas maintenant.

En attendant je vous laisse « admirer » les chauffe-mains que j’ai fait récemment et dont je suis très fières (= car j’en suis venue à bout), même si elles sont trop grandes pour moi, et qu’au final elles ont attérri sur les mains de mon chéri qui lui est ravi ! ^ ^

mitaines_simples03(Vernis H&M « Oh la la »)