BD / Manga

BD : La déception du jour

!!! Attention spoiler !!! Ne lisez pas ce qui suit si vous n’avez pas encore lu le livre et comptez le faire ! :)

J’adore Boulet et j’adore Pénélope Baguieu, mais là, pas glop malheureusement. Et c’est pourtant édité par Delcourt, mon petit préféré.

Bon ok, ça sentait le coup marketing à plein nez, prendre les deux jeunes auteurs français les plus en vue et leur coller un projet commun, mais je n’ai rien contre les coups marketing. Sauf que là non, c’est juste une BD qui a été faite « comme ça », sans amour, comme un plat tout fait à réchauffer au micro-onde qui nous laisse sur notre faim. Pas ceux qui sont vraiment dégueulasses, non, plutôt ceux qui ont un goût potable, un beau packaging, qui nous met bien en appétit, mais qui se composent de trois pauvres grains de riz et deux micro bouts de poulet. Et puis la sauce aurait été faite avec du gingembre et des herbes de provence, deux ingrédients sympas chacun de leur côté mais qui ne sont pas forcément bons ensemble. Vous voyez ce que je veux dire ?

Adapter le dessin girlie-humoristique de Pénélope pour une histoire psycho-dramatique (puisqu’au final il s’agit de ça), pourquoi pas, ça le fait plutôt bien d’ailleurs, c’est pas déplaisant, et puis c’était un sacré challenge, mais je pense qu’un autre style graphique – pas forcément dramatique ou sérieux d’ailleurs- aurait été plus percutant. Il aurait peut-être suffit que les rôles soient inversés, et que ce soit Boulet qui dessine et Pénélope qui fasse le scénario ? Je dis ça parcequ’en refermant le bouquin je me suis demandé pourquoi je n’avais pas été emballée et ce qu’il aurait éventuellement fallu faire pour que je le sois. Je me suis aussi demandé ce qu’apportait la couleur ? Rien ! Il aurait été dessiné juste en noir et blanc que ça aurait eu une autre saveur. Et ça aurait pû couter 10€. Et là j’aurais été un peu moins frustrée. Et puis ça m’a agacé aussi ce « tic » de mettre de l’humour partout tout le temps. Comme si un auteur étiqueté « rigolo » devait le rester en toutes circonstances. En mettre un peu ok, mais tout le temps, à chaque case, rien que dans le style du dessin, c’est un peu lourd.

Et Boulet au scénario, sur une histoire de fille, même si ce n’est pas vraiment une histoire de fille… mais si en fait puisqu’il s’agit d’une histoire de quête d’identité… mmm… mouais… On peut dire que le sujet peut concerner les hommes et les femmes, sauf que les deux sexes ne réagissent pas pareil aux situations et à la vie, et là j’ai trouvé que ça ne collait pas, malheureusement. Et puis suivre la vie de cette pauvre fille, qui est vraiment l’archétype de la nana que je trouve sans intérêt dans la vraie vie, c’était assez pénible. Alors bien sûr Pénélope y ajoute un peu de sa personnalité et ça me l’a rendue parfois un peu rigolote ou touchante, mais c’était pas suffisant, et je me disais sans cesse « quel manque d’originalité », à la fois dans le personnalité de l’héroine – c’était voulu mais ils y sont vraiment allés au ras des paquerettes – et à la fois dans le traité et la mise en scène de l’histoire. Et puis je me suis dit que ce n’était pas réaliste car même s’il est vrai que l’on change et que l’on évolue tout au long de notre vie, on ne change pas radicalement, et une fille qui lit du Marc Levy ne peut pas un jour se réveiller en se disant « Merde mais comment j’ai pu lire du Marc Levy ? ». Et puis donner des exemples de beaufferies c’est assez délicat parcequ’on est tous le beauf de quelqu’un, et y’a pleins de sortes de gens banals (ou beaufs) qui lisent autre chose que du Marc Lévy. Oui, bon, il fallait des références que tout le monde puisse comprendre, ok. (Ça continue quand même de s’adresse à un public parisien, faut pas déconner !) Et voilà, c’est là que le bas blesse ! Les deux auteurs sont amenés ici à livrer un truc grand public. Erreur fondamentale parcequ’on perd tout ce qui fait leur charme à Boulet et Péné ! Enfin je crois, je sais pas, et j’ai parfois du mal à analyser les choses de façon pragmatique, donc je vous dis ce que j’ai ressenti un peu comme ça, en vrac.

Je ne sais pas si ce projet est 100% de leur volonté et de leurs idées, ou si on leur a passé commande, mais une chose est sûre, ça sent plus la contrainte et la précipitation que le plaisir et l’attention.

Le pire dans cette histoire, c’est l’attente vaine. Ok, ça raconte un truc, mais tellement pas grand chose. Une tranche de vie. Ce qui fait l’intérêt d’une tranche de vie, ce sont les situations, les personnages, et là même si tout ça est bien sympa, ça reste très plan-plan et déjà-vu. Ça m’a rappelé les trucs très prétentieux et sans intérêt qu’on fait quand on est étudiants (en art). On est tout contents d’avoir eu cette idée et d’avoir réussi à la réaliser jusqu’au bout, puis quand on regarde le résultat, quelques temps après, on voit la chose telle qu’elle est, avec notre expérience et notre savoir acquis au fil du temps en plus. Car cette idée de départ sur la quête d’identité n’était pas si mauvaise, mais la réalisation n’a pas suivie. Manque de passion et d’intentions sûrement. Et puis peut-être qu’il leur est arrivé ce qui m’arrive parfois : à vouloir trop bien faire on passe à côté de l’essentiel en s’attardant sur des détails et en se mettant une pression inutile.

Je me suis demandé tout du long à quel moment ça allait vraiment démarer, à quel moment on saurait de quoi ça parle, et j’ai eu ma réponse à la dernière page. Rude quand même. Il arrive parfois qu’on soit scotchés en une case, ou qu’on ai notre compte en une page, mais là ça n’a malheureusement pas été le cas. Et je me suis dit « merde, 20€ pour ça ! ». C’était gentil, pas déplaisant, mais ça tourne en rond, ça raconte la même chose pendant 200 pages … et à 10€ à la limite j’aurais été moins frustrée, mais là arg ! outch ! 20€ quoi ! Ça m’a fait trop mal au porte-monnaie et je suis allée le rendre le lendemain…

Pardon Mr Boulet, pardon Melle Baguieu, je vous aime, mais votre enfant est prématuré, je ne peux pas l’adopter, je préfère vous le rendre …

Peut-être aussi que le sujet était trop ambitieux pour un one-shot (=BD en un volume) et qu’il aurait mieux valu plusieurs volumes ou carrément un film, avec des vrais gens et des dialogues, je ne sais pas. Ou peut-être qu’il fallait plus et mieux travailler en amont, et plus penser au déroulement de l’histoire et aux évènements que d’y aller freestyle à partir d’une idée. Je ne sais pas s’ils y sont allés freestyle, mais j’ai eu le sentiment de quelque chose de pas assez approfondi, pas assez réfléchi, pas assez travaillé. Je ne sais pas, mais c’est l’idée que je me suis fait. Et puis il manquait quelque chose de crucial : le climax ! Le moment culminant de l’histoire, l’instant où on se dit « ah ouais !!! » ou « ohhh !!! » ou n’importe quoi qui nous prend aux tripes ou nous interpelle. La chute de l’histoire quoi. On en trouve quand même vaguement un sur la dernière page, dans l' »explication », mais il est tellement bref, mou et sans consistance qu’il nous laisse quand même un sentiment d’inachevé et de bâclé. Ah puis j’ai aussi eu l’impression, mais ça devait être fait exprès, qu’ils s’étaient rendus compte trop tard qu’ils avaient pris trop de pages pour raconter « la perte de mémoire et ce que ça peut avoir de rigolo ou de cocasse », qu’ils se sont dit « bah c’est pas grave, on a qu’à conclure en une seule page, ça sera bien ». Oui mais non, c’est pas bien.

J’avais vraiment envie de savoir ce qu’il était arrivé à cette pauvre fille qui avait perdu la mémoire, donc j’ai avancé, avancé, avancé, limite galopé pour arriver au moment où il se passe des trucs, des vrais trucs je veux dire. Des sentiments, des émotions, quelque chose d’un peu subtile. Parceque le récit d’une histoire c’est sympa, mais sans sentiment ça tombe à plat. Puis je suis arrivé à 3 pages avant la fin, et je me suis dit « non, c’est pas possible, y’a rien eu là, et j’espère qu’ ils ne vont pas nous faire le coup de nous laisser en plan, sans nous dire ce qu’il en est !! ». J’avais fait exprès de ne lire aucune critique ni aucun article pour avoir l’entière surprise. Mais non, il y a bien une fin, bâclée en 1 page, voire une case, comme s’il n’y avait plus assez de papier et qu’ils n’avaient pas fini de tout dire. Sans compter que pleins de pistes sont évoquées tout au long du récit (mais que faisait-elle à montgallet ? D’où vient ce don pour les chiffres, etc.) sans jamais être abouties ou trouver de suite. Pleins d’idées pas développées, alors que ça aurait pû être tellement riche. Quel dommage.

Je n’ai peut-être rien compris, ou pas vu les subtilités du récit, n’empêche qu’au final je me dis que ça ressemblait plus à une introduction qu’à une histoire complète, et que la fin ressemblait plus à un début. Sauf que comme ça s’arrête, ben on referme le livre le ventre vide.

Vous devez vous dire que je suis dure et sans pitié mais comme on le sait, qui aime bien châtie bien !

De mon côté j’espère ne pas trop vous avoir ennuyés avec ma critique super longue et un peu brouillon ! :) Et puis ce n’est que mon avis, peut-être que vous le lirez et adorerez ! Mais quand même, un conseil, si vous faites un peu attention à votre budget, attendez de le trouver d’occasion ! ;)

Bye n’cha !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s