BD / Manga

Coup de ♥ Manga : Un bol plein de bonheur

J’ai découvert ce manga grâce à la bibliothèque où je vais (Marguerite Duras dans le 20ème à Paris) qui est très bien achalandée en la matière et possède de vraies perles. Et je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit mais Delcourt est mon éditeur préféré. Chacun de mes coups de coeur, pour le moment, vient de chez eux !

Sorti fin 2010 en France, Un bol plein de bonheur est un one shot* de Tsuru Moriyama, l’auteur du célèbre GTO. Il s’agit de l’histoire d’amour (maternel) entre un fils et sa mère qui vivent seuls avec de petits moyens. Scènes émouvantes et scènes un peu violentes se succèdent, et on suit les deux protagonistes tout au long de leur vie, jusqu’à ce que le fils atteigne l’âge adulte. Dans le même genre, je me souviens avoir essayé de lire Une sacrée mamie, mais je n’avais pas accroché et je m’étais plutôt ennuyée, contrairement à Un bol plein de bonheur, que j’ai lu d’une traite.

J’ai trouvé cette BD vraiment touchante, peut-être parceque je me suis un peu reconnue dans cette histoire. Beaucoup de ressemblances en effet : ma mère a quitté mon père car il dilapidait tout son salaire dans des  jeux d’argent et lui taxait son pauvre smic quand il était à sec pour pouvoir continuer à jouer. Cette mère est comme la mienne, forte et déterminée, et le jour où la coupe est pleine, elle prend ses cliques et ses claques, et son fils, et elle s’en va ! La mienne n’avait pas eu à partir vu que l’appartement était à son nom et que c’était elle qui payait le loyer. Mais elle a pris les choses en main, et a décidé de m’élever seule, du mieux qu’elle pouvait. Je me souviens de cette fois où elle m’avait fabriqué un étui à flûte, et où un peu comme le héros lorsque sa mère lui fabrique un gant de base-ball, j’en avais eu un peu honte au collège. Qu’on est bêtes quand on est gamins parfois !

Cette histoire rappelle aussi combien il est précieux d’avoir eu – ou d’avoir – une mère qui nous éduque, qui s’occupe de nous et prend soin de nous. Et même si parfois elles en font trop ou sont un poil barbantes, on peut les remercier pour tout ce qu’elles ont fait et les sacrifices qu’elles ont cru bon de supporter pour notre bonheur. Et toujours se souvenir que certains n’ont pas cette chance.

Un petit regret toutefois, j’aurais aimé savoir ce qu’est devenu le père. On ne le voit plus jamais après la 3ème page, on sait juste qu’il a contracté des dettes et a des ennuis avec les prêteurs…

Et moi je n’ai plus qu’une hâte maintenant, lire tous les mangas de cet auteur !

*une histoire complète en un seul volume 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s