BD / Manga

Les chats errants de Yoko Kamio

Il y a quelques mois déjà, les éditions Kana nous honoraient d’un nouveau manga de Yoko Kamio, Cat Street.

Souvenez-vous, Yoko Kamio est l’auteur d’Hana Yori Dango dont j’ai fait l’éloge il ya quelques temps, et une de mes mangakas préférées.

Le pitch : Sous la pression de ses parents, Keito est une enfant star qui enchaîne pubs et séries à succès. Malgré la gloire et la notoriété, Keito est seule, et lorsqu’elle rencontre Nako, une petite fille qui l’idôlatre et lui dit qu’elle rêve de devenir comme elle, elle fait tout pour que celle-ci reste son amie. Et ça marche, les deux fillettes deviennent très vite inséparables.

Pourtant à 9 ans, alors que la côte de popularité de Keito est à son apogée, tout s’écroule. Son unique amie Nako, à qui elle a tout apprit, et avec qui elle va partager en alternance le rôle principal de la comédie musicale « Sanny Days », la trahit. Une fois que Keito lui a apprit toutes les ficelles du métier, Nako tourne sa veste, devient distante, et annonce à Keito qu’elle n’a pas l’intention de lui laisser la vedette.

Lors de la première représentation, Keito reste figée. Quinze minutes plus tard, le rideau se referme. Elle n’a pas prononcé un mot. Ç’en est fini de sa carrière.

Nous la retrouvons quelques années plus tard, elle a 16 ans, et est devenue une hikikomori *. Pendant ce temps la côte de popularité de son ancienne amie Nako n’a fait qu’augmenter. Keito, elle, ne va plus à l’école depuis ses 9 ans, ne sait pas très bien lire et écrire, et ne sort qu’en de très rares occasions. Elle est restée une enfant de 9 ans dans le corps d’une adolescente de 16 ans.

Un jour, le hasard mettra sur son chemin le directeur d’une école un peu spéciale, « El Liston ». Dans cette école les élèves font ce qui leur plait. Ils viennent ou non, et font les activités qu’ils ont décidé de faire. Keito pense de prime abord qu’il s’agit d’une école pour « débiles » et rejète la proposition du directeur d’intégrer El Liston. Après une rencontre avec un garçon un peu bizarre et fan de l’enfant star qu’elle était, elle décide d’aller jeter un oeil à l’école.

C’est là qu’elle rencontrera Rei, Le garçon bizarre qu’elle avait rencontré auparavant, ainsi que Kôichi et Momiji, avec qui elle va tisser au fil du temps des liens très forts.

Rei est un passionné de foot qui rêve d’aller travailler dans les plus grands clubs du Brésil, Kôichi un informaticien surdoué un brin geek, et Momiji une gothique lolita fan de couture.

Nous n’échappons bien sûr pas au triangle amoureux cher à Yoko Kamio, qui mettra le coeur de l’héroine à rude épreuve ! Une fille pour deux garçons semble, en effet, être une condition sinequanone à toute bonne histoire de ma mangaka préférée !! (^_^)

On retrouve tout ce qui fait, à mon gôut, une bonne histoire : un récit qui ne s’arrête pas aux faits mais va plus loin en explorant des thèmes actuels et de société tels que l’échec, l’isolement, l’amitié, la dépression, les conséquences de ce que nous vivons sur ce que nous devenons, les liens familiaux et comment nos amis deviennent souvent notre vraie famille, etc …

Le premier volume ne m’avait pas convaincue à 100%, j’avais trouvé l’intrigue un peu molle et les personnages un peu bateau, et j’étais un peu déçue. Mais l’histoire décolle doucement dans les volumes 2 et 3, pour véritablement prendre son envol dans le volume 5. Et quel envol ! Pour ma part j’ai vraiment été transportée au coeur de la vie de Keito et de ses amis, et ressenti les émotions des protagonistes au point d’avoir le coeur qui battait à leur rythme.

Une grande réussite !

Si vous ne l’avez pas encore lu, courrez l’acheter, car notre Kamio-sensei nous livre une fois de plus un shojo haut de gamme ! !

* Ce mot japonais désigne les jeunes gens qui se replient sur eux-mêmes à la suite d’un échec scolaire, professionnel, personnel ou familial, et qui restent cloîtrés chez eux ou chez leurs parents, sans jamais sortir ni voir personne. Cette pathologie psychosociale et familiale est semble-t-il assez répandu au Japon, et touche 230 000 personnes, dont  principalement les adolescents.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s