BD / Manga

Nodame Cantabile

Dans la série « Mais quels sont donc mes mangas préférés ?« , je vais vous parler aujourd’hui d’un manga qui me met dans un état de félicité et de plénitude inexpliqué lorsque je le lis : Nodame Cantabile

J’avais commencé à le lire lors de mes vacances au Japon en 2009, en anglais, dans une édition anglais/japonais, et j’ai tout de suite accroché !

J’ai mis ci-contre la couverture du volume 23 de l’édition japonaise d’origine car je la trouve en super adéquation avec la journée ensoleillée d’aujourd’hui ! :)
L’édition française ne compte malheureusement que 12 volumes déjà publiés, dont le 12ème sorti il y a peu. Encore une chose que je ne m’explique pas : pourquoi les éditeurs français mettent-ils autant de temps à publier des mangas qui sont déjà publiés depuis longtemps au Japon ? Je comprends qu’il faille le traduire et que ça prenne un peu de temps, mais quand même, 2 à 3 mois d’attente entre chaque volume, c’est super long !!!

Bref, Nodame Cantabile est l’histoire de la jeune Megumi Noda (d’où son surnom de « Nodame »), une sorte d' »illuminée », joueuse de piano autodidacte très farfelue et désordonnée, et de Shin’ichi Chiaki, un jeune homme extrêmement doué dont le rêve est de devenir chef d’orchestre, mais qui a une phobie incontrôlable de l’avion…

C’est lorsque Chiaki décide d’arrêter la musique ( à cause de sa peur panique de l’avion) qu’il rencontre sa voisine, Nodame. Celle-ci est particulièrement bordélique, et alors qu’il se réveille chez elle après s’être éfrondré ivre mort devant sa porte, il ne comprend pas ce qui l’entoure : des tas de détridus et de bordels en tous genre …
Chiaki lui est plutôt tout l’inverse : toujours très élégant, très propre, élève surdoué et perfectionniste, un brin élitiste et pas très sociable. Son personnage me rappelle d’ailleurs celui du premier manga de Tomoko Ninomiya, Tensai Family compagnie, dont le héros était aussi un étudiant surdoué plutôt hautain et détestable. Nodame est elle très sensible, elle est autodidacte, mais « ressent » la musique et a un véritable don pour retranscrire ses émotions. Et c’est bien sûr la rencontre de ces deux personnages au caractère particulier qui va faire tout l’intérêt de l’histoire !

Je ne suis pas particulièrement intéressée par les histoires de musique classique ou d’orchestration, mais ce manga est vraiment prenant. Et reflère justement bien le message du manga : le style du dessin est plutôt simple et épuré, mais les sentiments et les sensations sont là ! On sent que l’auteur a écrit et dessiné cette histoire avec passion, et moi je l’ai bien ressentie cette passion, et c’est ça que je trouve le plus important dans un manga (ou une BD, ou n’importe quelle oeuvre en fait), c’est l’intention de l’artiste et comment il réussit à nous la transmettre ! Il y a aussi l’ambiance générale qui est importante dans une BD, un manga ou un roman graphique. Certains n’y pensent, mais c’est ce qui fait tout. Et en cela l’histoire de Nodame cantabile est à la fois très drôle et « sérieuse », et l’ambiance légère et joyeuse. Bref, tout ce que j’aime !

Certains diront peut-être « ah non, je ne peux pas lire ça, c’est trop moche ! » (phrase que j’ai moi-même dite à propos d’un autre manga qui est devenu un de mes préférés, lorsque j’ai enfin daigné le lire, et j’en ai bien honte !), mais ce n’est pas ça qui est important. L’important c’est la façon dont l’auteur va mettre son histoire en scène, et comment il retranscrira graphiquement les évènement et les sentiments. Et c’est aussi en ça que les japonais sont forts : ils arrivent souvent à faire transparaître les émotions et le ressenti des personnages et des situations  juste avec quelques traits. Et puis j’adore ce style épuré et délicat ! Et je dis bravo à ça ! Bravo à Tomoko Ninomiya pour ce super manga !

Vous pouvez voir, juste là à droite, la couverture de la version bilingue que j’avais trouvé à Tokyo :

A la prochaine, pour un petit article sur le manga dont j’ai d’abord dit « ah non, c’est trop moche, je pourrais jamais lire ça ! », et qui est finalement devenu un de mes mangas cultes, j’ai nommé : Hana yori dango ! ^ ^

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s